RMC Sport

Real Madrid-PSG : Paris peut le regretter

Dominateur ce mardi à Santiago Bernabeu, où il aura eu beaucoup plus d’occasions que le Real Madrid, le PSG s’est pourtant incliné 1-0 sur un but gag. Paris n’aura pas su marquer ce but qui changeait tout. Madrid prend la première place du groupe et ne devrait plus la lâcher.

Comment perdre un match qu’on avait tout pour gagner ? Le PSG a offert ce mardi soir un modèle de réponse à cette question philosophico-footballistique. Dans le superbe écrin de Santiago Bernabeu, là où tant sont tombés, Paris a dominé le Real. Paris a été plus fort que le Real. Paris a eu plus de possibilités de marquer que le Real. Mais le Real a gagné 1-0. Paris a perdu pour la première fois de la saison. Et ça change tout pour la suite de la Ligue des champions. Tenir le compte des occasions parisiennes manquées dans la capitale espagnole confine à nourrir le feu des regrets. Face à des Madrilènes privés de certains de leurs cadres, et malgré la sortie prématurée d’un Marco Verratti blessé à la cheville, les hommes de Laurent Blanc ont déroulé une qualité de football qu’on aurait aimé les voir afficher il y a deux semaines au Parc face au même adversaire.

C’est simple, ce Real bien trop poussif n’a presque pas existé en première période. Mais il a eu très chaud aux fesses. La litanie des occasions ratées par le PSG sur ces 45 premières minutes fait froid dans le dos : frappe trop molle de Matuidi à l’entrée de la surface sur un centre en retrait d’un Aurier très actif (20e), tir enveloppé signé Ibrahimovic qui frôle le montant opposé (22e), tir trop peu appuyé de Di Maria (24e), coup franc de Zlatan qui meurt à quelques centimètres du cadre (29e), reprise de volée de Rabiot qui termine sa course sur le poteau (37e), autre reprise du même Rabiot (39e), centre parfait de Maxwell que ni Cavani ni Ibra n’arrivent à reprendre (40e) et face-à-face raté pour Cavani devant Navas sur un bijou d’ouverture de Di Maria (45e + 4).

La route de la première place dégagée pour le Real

Les Parisiens n’ont pas su tuer le match. Problème ? Entretemps, Madrid avait trouvé l’ouverture sur une occasion… qui n’en était pas vraiment une. Sur un ballon contré par Thiago Silva, Trapp se rappelait au mauvais souvenir de son match contre Bordeaux avec une sortie insensée et dans le mauvais timing qui permettait au centre raté de Nacho de finir dans les filets (35e). Un but contre le cours du jeu qui raconte autant un Real chanceux qu’un PSG en manque de réalisme. Derrière, Paris aura d’autres opportunités mais ne saura pas renverser la donne. Avec la barre fracassée par Di Maria sur un dernier coup franc en symbole du « quand ça ne veut pas, ça ne veut pas ». Le club de la capitale va peut-être très longtemps le regretter.

Car avec le nul au Parc (0-0) et la défaite à Bernabeu, Madrid prend la tête du groupe et n’aura plus qu’à assurer deux victoires contre Malmö et le Shakhtar Donetsk – mission tout sauf impossible – pour la conserver jusqu’au bout. Sauf coup de mou des joueurs de Rafael Benitez, déjà officiellement qualifiés pour la suite, le PSG terminera donc à la deuxième place de son groupe. Comme l’an dernier. Et comme l’an dernier, il faudra donc certainement passer par un « gros » en huitième. C’était passé contre Chelsea. Pas sûr que ce soit le cas si c’est le Bayern Munich ou le Barça qui se présente en face, même si Paris a confirmé à Madrid qu’il avait bien sa place à la table des grands d’Europe. Mais ça, on aura le temps d’y penser plus tard. Pour l’instant, c’est juste le temps des regrets.

Alexandre Herbinet