RMC Sport

Rennes: Stéphan n'a "jamais dit" qu'il jouait le maintien

A la veille du dernier match de Rennes en Ligue des champions face au FC Séville, mardi (21h, en direct sur RMC Sport), Julien Stéphan assure ne pas viser le maintien en Ligue 1 et regrette que ses propos aient été déformés.

Non, Rennes ne joue pas le maintien. Julien Stéphan assure n'avoir jamais prononcé ces mots, ce lundi lors de la conférence de presse avant le dernier match du Stade Rennais en Ligue des champions face au FC Séville, mardi (21h, en direct sur RMC Sport). C'est pourtant ce que sa sortie avait laissé croire samedi après la défaite face à Lens (0-2), prolongeant la série noire d'une seule victoire lors des 12 derniers matchs. 

"On est dans une spirale extrêmement négative, avec l'obligation de reconsidérer nos objectifs, avait-il commenté. Il faut être lucide et se dire qu'on doit avoir le comportement d'une équipe qui va devoir lutter pour le maintien. On doit reconsidérer l'ensemble des objectifs au regard de la situation, de la dynamique et de ce qu'il se passe sur le terrain. C'est une grande alerte pour tout le monde."

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder les 8es de finale retour de la Ligue des champions

Invité à revenir sur ces propos remarqués, l'entraîneur rennais déplore qu'ils aient été déformés de leur sens. "Le message que j'ai envoyé après le match, ce n'est pas qu'on jouait le maintien, mais qu'on devait avoir le comportement d'une équipe qui joue le maintien, a-t-il précisé. Ça a été complètement transformé par des esprits un peu tendancieux qui ont voulu faire croire que je disais qu'on jouait le maintien. Je n'ai jamais dit ça. Il faut bien reprendre les propos qui ont été dits."

Il en a donc profité pour développer la signification de cet état d'esprit. "Lorsqu'on est dans une phase comme ça, le comportement d’une équipe qui joue le maintien, c'est que chaque point est important, ça permet de redéclencher certaines choses, de redonner de la confiance aux joueurs, détaille le technicien. Voilà pourquoi j'ai utilisé cette expression que je confirme encore aujourd'hui sans difficulté. Ça ne vient absolument pas en contradiction avec ce qu'avait dit mon président (Nicolas Holveck, ndlr) l'avant-veille, c'est complémentaire. On ne retrouvera de l'ambition que si on a ce comportement qui est absolument nécessaire aujourd'hui."

"Ne pas pleurnicher parce qu’on est dans cette situation"

"La volonté des joueurs est là, promet-il encore. Ils ont fait un début de match très consistant et cohérent contre Lens mais, aujourd'hui, quand on a un fait contraire, ça nous pose des difficultés. On va continuer à s'accrocher, on a de la force, on est combatif, comptez sur nous pour ça. On ne sait pas combien de temps ça prendra parce qu'on a encore perdu un joueur (Del Castillo) et qu'on n'aura pas la possibilité d'en récupérer certains tout de suis. Ça va revenir, on va tout faire pour que ça revienne le plus vite possible. On va lutter, ne pas pleurnicher parce qu’on est dans cette situation. Il faut prendre le problème à bras le corps pour retourner la situation et on a très envie de la retourner avec force et férocité."

NC avec Pierre-Yves Leroux et Xavier Grimault