RMC Sport

Riolo : « Le PSG et le Barça en quarts comme prévu… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Retour sur les qualifications du PSG et du Barça en quarts de finale de la LDC…

Encore une soirée dont on connaît l’issue. Le Barça et le PSG en quarts, à moins d’un truc de dingue.

C’est au Camp Nou que le retournement de situation semble le moins fou. Les récentes sorties du Barça avaient poussé les vendeurs de foot à dire que c’était possible. Mais si les premières minutes sont en faveur des Anglais, très vite le Barça montre qu’il est bel et bien supérieur. Techniquement, son milieu impose peu à peu le rythme. Devant, Messi est en jambes. Certes ça n’est plus le Barça de Guardiola, mais par moments, on voit que cette capacité à inventer des passes dans des espaces réduits existe toujours.

Je ne doute pas que City fasse partie des belles équipes de la compétition, mais je ne suis pas stupéfait par son niveau. Je trouve la défense moyenne et le milieu tourne surtout autour de l’énorme Yaya Touré. L’Ivoirien, qui sur la première période a beau être le meneur de son équipe, reste en mode « ordinaire ».

Globalement, le Barça est donc au-dessus et l’exploit de City apparaît vite improbable.

Au Parc, le PSG, très remanié, débute la tête ailleurs. 0/1 au bout de 6 minutes ! Plus que 3 pour le Bayer ! Non désolé, rien à vendre ici. Tranquillement, Paris revient. 1/1, mais une première période équilibrée. Sirigu a même dû sortir un péno. Cette année, en LDC, le PSG est saouvent passé au travers quand le résultat importait peu. Contre Olympiakos, à Lisbonne, devant Anderlecht…

Dès le début de la seconde période, Paris marque et rend la partie encore plus amicale… Il n’y a plus rien à voir.

Au Camp Nou, le niveau monte d’un cran. Curieusement, Dzeko remplace Agüero. Certes, l’Argentin avait été discret, mais pourquoi ne pas avoir associé les 2 ? La réponse vient vite. City va plus vite devant, joue plus direct. Dzeko bouge beaucoup. Le Barça a du mal à presser haut et se retrouve souvent avec son bloc très bas. Une tendance déjà observée depuis l’arrivée de Tata Martino à la tête du club, mais ça surprend quand même…

La seconde période est en tout cas de qualité, avec plusieurs occasions. Reste toujours la même question : comment imaginer que le Barça ne marque pas sachant que plus le temps passe, plus City devra se découvrir ?

Le plus gros problème, c’est quand même que City ne parvient pas à garder de l’intensité. Ça permet au Barça de rester tranquille et surtout d’être dangereux dès qu’il y a un espace…

Cette défense anglaise ne me plaît décidément pas. Et c’est suite à une erreur du très moyen Lescott que Messi flingue le match avec grande classe.

Manchester City n’aura donc pas longtemps fait illusion. L’entrée de Negredo pousse à une réflexion sur la politique sportive de ce club. Il y a trois 9 dans ce club. Qui est le meilleur ? Quelle est la hiérarchie ? Le nombre de matches, les buts vont donner des éléments de réponse, mais ils seront incomplets. L’équipe manque en effet de joueurs référents. Au milieu c’est pareil, je ne comprends pas bien comment ça marche. Touré est le totem et après ? Derrière, c’est en revanche clair, mais c’est le secteur faible de l’équipe…

Et le Barça ? Moins fort que le « grand Barça », mais il vient de passer un bon test et ce sans réellement souffrir. Messi est évidemment l’homme clé et c’est avec lui au top que le Barça avancera dans cette compétition…

A lire aussi :

>> PSG-Leverkusen : la fiche du match

>> Barça-City : la fiche du match

La rédaction