RMC Sport

Riolo : « Paris pas beau »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - -

Retour sur le piètre match nul du PSG en Ligue des Champions face à Anderlecht (1-1) avec Daniel Riolo.

Les matches de poules ont-ils une utilité ? C’était une question un peu provoc’ vu ce matin sur un site. J’ai, également, souvent souligné le peu d’intérêt de ces rencontres. C’est peut-être un peu exagéré, mais je crois néanmoins qu’il ne faut pas faire dire à ces matches ce qu’ils ne disent pas. C’est un écrémage. Le tour de chauffe avant la grande explication du printemps.

Reste que pour voir les 8e, il faut faire le « taf ». C’était la mission du PSG face à Anderlecht. Se qualifier, et envisager bien sûr la première place du groupe.

Après le 5/0 de Bruxelles, on pouvait s’attendre, espérer un spectacle équivalent. A défaut de suspense, du beau jeu, du spectacle.

C’est pas vraiment le programme offert par le PSG en première période. Les récentes prestations poussent à l’indulgence, mais soyons clair, Paris n’a rien fait durant les 45 premières minutes. Quelques occasions, deux ou trois mouvements, un tas de passes ratées et la sensation que les joueurs ont décidé de gagner en marchant.

Le 0/0 à la pause montre toutefois qu’il faudra au moins se bouger un peu pour s’imposer.

Au lieu de ça, on assiste à un début de seconde période tout aussi soporifique. Une attitude parisienne qui commence franchement à agacer. Je veux bien qu’on joue tranquille, qu’on gère, mais après avoir marqué, à la limite. Et puis, c’est la LDC, et ça mérite un état d’esprit irréprochable.

Pour avoir été hautain, le PSG est puni. Anderlecht marque et le PSG est alors tout moche.

La réplique est heureusement immédiate. Ibra égalise. Il reste alors 20 minutes pour gagner et être ainsi un peu plus respectueux avec le jeu et la compétition.

Les entrées de Pastore et Ménez font évoluer le système. Pastore vient derrière Ibra. Le triangle du milieu a désormais une pointe haute. Mais c’est de mouvement et de concentration dont a surtout besoin Paris.

Sur la fin, Anderlecht s’accroche à ce qui est assurément un bon résultat pour lui. Paris pousse, mais manque de nerfs. C’est comme s’il était trop tard pour que les corps endormis se réveillent.

Même face à un adversaire faible, le PSG ne peut se permettre une prestation aussi médiocre. 1/1 contre Anderlecht, ça n’aura pas de conséquence, mais c’est franchement laid…

A lire aussi :

>> Paris freiné par Anderlecht

>> PSG-Anderlecht : la fiche du match

>> Classement du groupe C

Daniel Riolo