RMC Sport

Sacchi, l’ex-coach du grand Milan, s’ennuie devant le PSG et les Bleus

Dans une interview accordée à Eurosport, Arrigo Sacchi porte un regard très critique sur le jeu pratiqué actuellement par le PSG de Thomas Tuchel et les Bleus de Didier Deschamps. L’ancien entraîneur du grand AC Milan et de l’Italie regrette que les individualités priment sur le collectif dans ces deux équipes.

Son nom est légendaire sur la planète foot. D’un avis général, Arrigo Sacchi est considéré comme l’un des plus grands entraîneurs de l’histoire du ballon rond. Parce qu’il a tout simplement révolutionné son sport. A l’époque où l’Italie était habituée aux blocs défensifs et aux schémas cadenassés, l’ancien coach de l’AC Milan a fait triompher le jeu offensif et spectaculaire. Vainqueur de la Ligue des champions 1989 et 1990, avec Marco van Basten, Ruud Gullit et Frank Rijkaard, il a laissé une trace indélébile dans les mémoires.

Autant dire que son avis est particulièrement respecté. Et celui qu’il se fait du PSG actuel n’est pas très reluisant. Interrogé par Eurosport sur les récentes performances du club de la capitale, l’ex-sélectionneur de la Squadra Azzura, finaliste de la Coupe du monde 1994, ne s’est pas montré très emballé. C’est le moins que l’on puisse dire.

"C’est un groupe, pas une équipe"

"Je ne regarde pas beaucoup le PSG car cela ne me plaît pas, a confié le technicien de 74 ans. J'ai vu 30 minutes du match face à l'Istanbul Basaksehir (en Ligue des champions, ndlr) et j'ai changé. C'est une équipe qui n'est pas basée sur l'harmonie et la beauté. C'est une équipe qui se repose sur les individualités et la force économique. C'est un groupe, pas une équipe. Une équipe, c'est quand 11 joueurs parviennent à intérioriser des choses. Cela va au-delà de la tactique et la technique. C'est quand les réponses deviennent automatiques des entraînements aux matches. On ne voit pas beaucoup d'automatismes au PSG."

Un constat sévère qui s’applique également à l’équipe de France de Didier Deschamps, championne du monde en titre. "Il fait partie de la catégorie des bons entraîneurs, c'est incontestable, explique Sacchi. C'est comme dans la vie, il y a des tacticiens et des stratèges. Cette catégorie d'entraîneurs, c'est celle des tacticiens et ils sont très bons pour ça. Mais que manque-t-il aux tacticiens? La beauté, l'harmonie, l'amalgame et les émotions. Les émotions sont très brèves et se reposent plus sur les individualités que sur le collectif".

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur