RMC Sport

Scènes de liesse après PSG-Leipzig: un médecin craint des "clusters géants"

Alors que de nombreux supporters du PSG ont célébré mardi soir la qualification pour la finale de la Ligue des champions dans les rues de la capitale, souvent sans masque et sans respect de la distanciation sociale, le président du syndicat des médecins de Paris tire la sonnette d'alarme.

Dans les bars de la capitale, aux abords du Parc des Princes, puis sur les Champs-Elysées, les supporters du PSG n’ont pas manqué de célébrer mardi soir la victoire contre Leipzig (3-0), et la qualification historique pour la finale de la Ligue des champions. Problème: beaucoup d’entre eux, malgré la crise sanitaire, l’ont fait sans masque et au mépris des gestes barrières… Ce qui inquiète Bernard Huynh, président du Syndicat des médecins de Paris.

"On est potentiellement sur des clusters géants, avec en plus le fait qu’on ne sait pas qui était présent, a-t-il alerté ce mercredi sur BFM TV. Il n’y a eu aucun enregistrement des supporters présents, contrairement à un spectacle où l’on peut connaitre le nom et la provenance des gens. C’était la folie, et la folie s’explique difficilement…"

"L’idéal serait que tout le monde se sente responsable et porte un masque"

Pour autant, le médecin ne voit pas trop comment empêcher de telles scènes, à moins d’une soudaine prise de conscience collective. "Je ne sais pas ce qui est gérable, poursuit Bernard Huynh. Ces foules sont difficiles à maîtriser. L’idéal serait que tout le monde se sente responsable et porte un masque spontanément… Ce devrait être possible, puisque dans la plupart des entreprises les gens le font. Mais encore une fois on était dans un jour de folie, et dans ces cas-là il n’y a pas de contrôle."

Un jour de folie, mais peut-être un simple aperçu des potentielles festivités de dimanche en cas de sacre parisien. "Si l’équipe gagne dimanche (en finale), il faudra prévoir quelque chose, considère Huynh. Le problème c’est de prévoir, on a toujours 15 jours de latence, donc prévoyons à l’avance. Faut-il envoyer tous les supporters se faire tester? Oui, peut-être…"

CC