RMC Sport

Sirigu : « On peut être punis »

-

- - -

Le PSG effectue ses débuts en Ligue des champions ce mardi sur la pelouse de l’Olympiakos (20h45). Favoris de la rencontre, Salvatore Sirigu et ses coéquipiers abordent ce premier rendez-vous avec beaucoup de prudence.

Salvatore, comment abordez-vous ce match ?

Il faut être attentif à tous les matchs. On peut être punis quand on ne s’y attend pas. Il faut retenir la concentration affichée jusqu’en quarts de finale la saison passée (élimination par Barcelone après deux matchs nuls, ndlr). Il faut se méfier de cette équipe et profiter de toutes les occasions.

S'agit-il du premier test de la saison ?

On a déjà fait des matches importants. Le Trophée des champions était décisif dans l’obtention d’un trophée. Les matchs de championnats suivants étaient également compliqués et importants. On ne veut pas penser que des matches sont plus faciles que d’autres. Aujourd’hui, c’est important car c’est la Ligue des champions et on y tient beaucoup. C’est important de jouer l’Olympiakos, tout comme c’était important de jouer contre Bordeaux en championnat.

L'excitation est-elle plus forte qu'en championnat ?

C’est différent des matchs de championnat. D’abord à cause de l’ambiance. Jouer contre une équipe étrangère est également excitant. On veut être protagonistes de cette compétition pour toutes les années à venir.

Les Grecs vous placent dans la situation du favori. Est-ce embêtant ?

Il y a la tactique d’avant-match. On respecte aussi les autres équipes. On sait qu’on affronte les champions de Grèce, une équipe qui a bien figuré en Ligue des champions l’année dernière. En plus, on est chez eux. Ça sera compliqué dans une ambiance chaude.

« On a toujours eu confiance »

La victoire à Bordeaux a-t-elle rassuré le groupe ?

Ça nous a donné beaucoup de confiance de gagner, mais on a toujours eu confiance car il ne s’agissait que d’une question d’imprécision. On n’a pas gagné les 2 premiers matchs de championnat, mais on est resté concentré sur notre boulot. Il fallait attendre pour récolter le fruit de notre travail.

Alex est absent et manquera ce match. Cela change-t-il quelque chose pour vous ?

Dans les derniers matchs, on a montré que les joueurs pouvaient débuter ou entrer en cours de rencontre et apporter quelque chose de nouveau. Contre Bordeaux, on a beaucoup changé et on a fait un gros match. Je pense que son remplaçant fera un gros match. On a des défenseurs qui ont prouvé par le passé qu’ils pouvaient entrer sur le terrain.

Konstantínos Mítroglou reste sur 6 buts depuis le début du championnat. Cela vous embête-t-il ?

(Sourire). D’habitude, je me méfie des attaquants qui ne marquent pas depuis longtemps. Je le connais car je l’ai déjà affronté avec les espoirs italiens. Je sais qu’il faut faire attention à lui.

A lire aussi :

>>> Benarbia : « Le PSG doit changer de rythme »

>>> Riolo : « La Ligue des champions, le PSG, l’OM et Ribéry… »

>>> Tout sur la Ligue des champions

Recueilli par LB au Pirée