RMC Sport

Van Buyten : « On a fait nos preuves »

Daniel Van Buyten

Daniel Van Buyten - -

Invité de Luis Attaque, Daniel Van Buyten est revenu sur la double leçon infligée par le Bayern Munich au Barça (4-0 et 3-0), en demi-finale de la Ligue des champions. Le défenseur belge se méfie tout de même du Borussia Dortmund, qu'il affrontera en finale le 25 mai prochain.

Daniel, peut-on dire que le Bayern est devenu la meilleure équipe européenne ?

On verra. En tout cas, on a déjà fait de beaux résultats face à de grandes écuries. Avoir fait deux bons matches face au Barça, ça veut vraiment dire que le Bayern est fort et dur à affronter. On a fait nos preuves. Si on s’était dit qu’on allait mettre 7-0 au Barça (sur l’ensemble des deux rencontres), tout le monde aurait rigolé. On est heureux. En quatre ans, c’est notre troisième finale de Ligue des champions. Et en voyant Dortmund en finale après son doublé l’année dernière (championnat et Coupe d’Allemagne, ndlr), ceux qui disent que la Bundesliga n’est pas au niveau du reste... Moi, j’en suis convaincu et ça se voit dans les résultats. La Bundesliga est bien présente et bien au-dessus.

Quelle est la grande force du Bayern ?

On est un collectif. Les défenseurs aident beaucoup. Si on ne prend pas beaucoup de buts, c’est aussi grâce aux joueurs offensifs. Je pense qu’on a un groupe qui fonctionne bien, c’est ça qui fait notre force. On a aussi des joueurs de talent. Tout ça mis au service du collectif, ça donne une équipe qui marque beaucoup et prend peu de buts. Et ça donne un beau football. Si tu ne joues pas comme ça à Barcelone, tu prends une casquette. On n’est pas du genre à ne jouer que défensivement. On a notre façon de jouer, et ce n’est pas de rester bloqué devant notre but et de jouer au handball. Notre jeu est attrayant, mais on voulait montrer qu’il était aussi efficace. Face au Barça, c’était un gros test. Ça nous a permis de montrer qu’on pouvait les mettre en danger… et les battre.

Ribéry Ballon d’or, vous y croyez ?

Pourquoi pas ? Franck prend énormément de plaisir à jouer au Bayern et ça se voit sur le terrain. Quand on voit les matches qu’il fait face à de grosses équipes comme ça…

Le fait que Messi ne joue pas le match retour vous a-t-il donné une force supplémentaire ?

C’est sûr que Messi reste un joueur extraordinaire. Mais il était là au match aller et on a quand même su gagner 4-0. Au retour, il n’était pas présent et ça nous a fait plaisir. On regardait la compo et on s’est dit : « Il est où, lui ? ». C’est vrai que ça met une motivation supplémentaire, mais on se sentait capable de venir faire un résultat au Barça, quoi qu’il arrive.

« Dortmund, c’est compliqué »

Quelle est l’importance de l’entraîneur Jupp Heynckes dans vos résultats ?

Il a une grosse importance, une grosse connaissance du football et une grosse carrière derrière lui. Sans cette expérience, il ne saurait pas gérer un noyau comme ça car ce n’est pas évident de laisser des joueurs sur le banc, de les faire tourner. Il a un système qui permet de faire tourner le noyau et de rendre tout le monde heureux d’avoir du temps de jeu. C’est aussi la recette de notre super saison. Si les titulaires avaient joué certains matches, on n’aurait peut-être pas gagné. Il a su faire tourner tout le monde au bon moment. C’est la force de l’entraîneur d’avoir géré le groupe au mieux.

Vous sentez-vous capable de remporter la Ligue des champions cette année ?

Ce serait bien, quand même ! Les Anglais sont venus nous la voler chez nous (l’an passé, le Bayern avait perdu en finale contre Chelsea dans son stade de Munich, ndlr). On va essayer d’aller la leur voler chez eux (cette saison, la finale aura lieu le 25 mai à Wembley) ! Contre le Borussia, ça va être très difficile. Les connaisseurs savent que Dortmund, c’est compliqué. Il va falloir bien préparer ce match. On espère terminer cette saison qui est déjà magnifique. Si on pouvait terminer avec le triplé, ce serait vraiment une saison extraordinaire.

A lire aussi :

>> Ribéry, la bonne année ?

>> Ribéry : "Maintenant, il faut la gagner"

>> Le Bayern punit (encore) le Barça

Luis Attaque