RMC Sport

Zénith-OL: "Des fans du Barça me demandent de revenir", assure Malcom

Blessé et en échec sportif au Zénith Saint-Pétersbourg, Malcom assure ne nourrir aucun regret d’avoir quitté le FC Barcelone dans un entretien accordé à Footissime, vendredi dernier. Et revient sur l’épisode de la banderole raciste.

Actuellement en rééducation au Brésil pour soigner une blessure à la hanche qui va l’éloigner des terrains jusqu’en mars, Malcom n’en sera pas moins attentif à la rencontre de Ligue des champions entre son club du Zénith Saint-Pétersbourg et l’Olympique lyonnais, mercredi (18h55, à suivre en direct sur RMC Sport 1). Le Brésilien de 22 ans, qui garde de bons souvenirs de son passage en France, a admis garder "dans [son] cœur" son expérience aux Girondins de Bordeaux, dans un entretien à Footissime diffusé vendredi dernier.

Mais convoité par le grand FC Barcelone à l’été 2018, Malcom avait quitté la Gironde pour le grand saut. Pas une franche réussite pour celui qui n’aura joué que 24 matchs avec les Blaugrana (4 buts, 2 passes décisives). "Je n’ai pas de regrets, assure-t-il. Je suis jeune, j’ai envie de jouer, j’aime le foot. Le Zénith m’a donné la possibilité de rejouer au foot, c’était mon choix."

>> Pour suivre la Ligue des champions, cliquez ici pour vous abonner aux offres RMC Sport

"A chaque fois que le coach comptait sur moi, j’ai bien fait mon travail, poursuit Malcom. C’est pour ça que beaucoup de supporters du Barça m’aiment et m’envoient des messages 'Reviens! Reviens à Barcelone!'" Visiblement encore très apprécié en Catalogne, le joueur formé aux Corinthians n’exclut pas un retour au Barça, à moyen terme. "Peut-être qu’un jour je reviendrai, on ne sait jamais. Mais d’abord, il faut que je pense au Zénith. (…) Il ne faut jamais abandonner son rêve et peut-être qu’un jour je pourrai revenir dans un grand club."

Banderole des ultras du Zénith
Banderole des ultras du Zénith © Sports.ru - Malcom

Chaque chose en son temps donc, pour celui qui a connu une acclimatation particulière en Russie, marquée par deux petits bouts de matchs avant sa blessure et un accueil mouvementé de certains supporters locaux, qui ont notamment déployé en Championnat une banderole faisant référence au passif raciste d’une frange d’ultras du club. Un incident que le principal intéressé tente de minimiser.

"Je n’ai pas reçu de gestes racistes"

"La presse parle beaucoup. Maintenant, je vais dire ce qu’il s’est passé: je n’ai pas reçu de gestes racistes, assure-t-il. Au Zénith, les supporters réclament souvent au club de faire jouer les jeunes joueurs du club au lieu de recruter à tout va. C’est pour ça qu’il y’a eu une banderole. Ce n’était pas raciste. Au contraire, quand je croise les supporters dans la rue, ils veulent prendre des photos, ils me disent: 'Bonne chance t’es le meilleur, tu vas nous aider'. Il se passe le contraire de ce que prétendent les médias français."

Romain DAVEAU (@daveauromain)