RMC Sport

Mort de Maradona: son ex sélectionneur Carlos Bilardo, malade, n'a pas été mis au courant

La famille de Carlos Bilardo, sélectionneur de l'Argentine dans les années 80, a expliqué ce jeudi lui avoir caché la mort de Diego Maradona. L'ancien technicien est gravement malade, et ses proches craignent qu'il ne puisse pas digérer la nouvelle.

Tout un pays est en larmes, mais pour le moment, un homme a été préservé de la vague d'émotion. Carlos Bilardo, le sélectionneur de l'équipe d'Argentine championne du monde en 1986, ignorait toujours ce jeudi la mort de Diego Maradona, sa famille souhaitant préserver sa santé extrêmement fragile.

"Je ne peux pas lui dire que Diego est mort", a expliqué à Radio Provincia Jorge Bilardo, le frère de Carlos, car il entretenait avec Maradona une relation "de père à fils".

>>> Mort de Maradona: les hommages et les réactions en direct

Maradona, "le fils qu'il n'avait pas eu"

Carlos Bilardo a dirigé la sélection d'Argentine lors de trois Coupe du monde, de 1982 à 1990, et l'a guidée vers le titre mondial en 1986 et vers une autre finale, toujours avec Diego Maradona pour stratège, en 1990 en Italie. Le technicien avait affirmé à plusieurs reprises lors d'interviews que Diego était "le fils qu'il n'avait pas eu". 

L'ancien sélectionneur, âgé de 82 ans, souffre aujourd'hui de troubles neurologiques. Il vit dans un appartement de Buenos Aires où il reçoit les soins d'infirmiers qui ont l'interdiction de le laisser regarder la télévision. "L'infirmière savait déjà que si cela arrivait, il fallait couper la télévision, a détaillé Jorge Bilardo. Elle l'a fait en lui disant que le câble avait été coupé." 

Sans rapport direct avec cette nouvelle, plusieurs médias argentins et espagnols ont par ailleurs expliqué ce jeudi qu'un autre ancien sélectionneur argentin, Alejandro Sabella (2011-2014), a lui été hospitalisé en urgence à Buenos Aires pour une raison encore inconnue. A l'inverse de Bilardo, Sabella entretenait en revanche une relation plutôt froide avec Maradona.

CC avec AFP