RMC Sport

Nigeria: le sélectionneur adjoint accusé de corruption

L'adjoint du sélectionneur du Nigeria Gernot Rohr, Salisu Yusuf, se trouve dans la tourmente après les révélations d’une possible affaire de corruption lors de la CHAN au début de l'année 2018. Le technicien s’est défendu ce mardi d’avoir accepté un pot-de-vin, lui préférant le terme de "cadeau".

Auteur d’une belle Coupe du monde malgré l’élimination dès les poules après une défaite contre l’Argentine (2-1), le Nigeria espérait profiter de l’été pour préparer tranquillement la prochaine campagne de qualifications. C’est raté en raison d’un possible scandale lié à la corruption du sélectionneur adjoint de l’équipe nationale, Salisu Yusuf. Chargé de prendre les rênes des Super Eagles lors de la CHAN 2018 du 13 janvier au 4 février 2018 (compétition continentale avec uniquement des joueurs évoluant dans leurs pays), le technicien est désormais accusé d’avoir reçu des pots-de-vin. 

750$ et un pourcentage en cas de transfert

Filmé par la BBC en novembre 2017, l’adjoint de Gernot Rohr a ainsi reçu 750 dollars des mains de deux agents afin qu’il fasse jouer leurs protégés pendant la compétition. Mais Salisu Yusuf s’est défendu ce mardi d’avoir cédé à la corruption lors de la compétition continentale où seuls les joueurs évoluant dans leur pays peuvent être sélectionnés. Outre une somme en liquide, l’entraineur aurait perçu près de 15% du montant d’un éventuel transfert.

"J'ai accepté les 750 dollars qui m'ont été remis par l'un des deux agents, uniquement comme un cadeau d'une valeur insignifiante et symbolique et non comme une incitation à faire jouer les deux joueurs représentés par les agents, a expliqué l’entraineur dans une lettre adressée à la BBC, qui l’a rendu publique. Je me rappelle leur avoir répondu honnêtement que si les joueurs mentionnés étaient considérés comme qualifiés lors du processus de sélection, ils seraient effectivement sélectionnés."

Seul point en sa faveur, le Nigéria a atteint la finale de la CHAN 2018 avant de céder face au pays hôte le Maroc (4-0). Insuffisant pour effacer les soupçons de corruption. Cette nouvelle sortie médiatique n’atténue en rien les accusations à son encontre. Au mieux, cela révèle une certaine naïveté. Mais après tout, un "cadeau", cela ne se refuse pas.

JGL