RMC Sport

OL: Genesio, qui veut prolonger en Chine, reste confiant pour les Lyonnais

Bruno Genesio, l'ancien entraîneur de l'OL, a affirmé son envie de rester en Chine, où il est actuellement entraîneur du Beijing Guoan, ce lundi sur BeIN Sports. Il s'est également exprimé sur le niveau du championnat chinois et sur la crise actuelle traversée par l'OL.

Exilé en Chine depuis la fin du mois de juillet, et à deux journées de la fin de son championnat, Bruno Genesio est de passage en France. Invité de BeIN Sports ce lundi, l'ancien entraîneur de Lyon a clamé son envie de continuer dans le pays qui l'accueille depuis maintenant plus de deux mois.

Genesio a refusé Dijon

"Actuellement, mon état d'esprit est de rester là-bas (en Chine), si tout le monde est d'accord" a confié l'entraîneur français. "Je m'y sens bien. J'avais besoin de m'éloigner de la France et de l'Europe. J’ai envie de continuer l’aventure," a poursuivi le technicien, qui a par ailleurs avoué avoir refusé une offre de Dijon cet été.

En poste à Lyon en tant que coach principal pendant trois ans et demi, Bruno Genesio a vécu de fortes périodes de turbulences au sein du club rhodanien. Depuis la Chine, il observe donc les difficultés de son successeur, Sylvinho, en toute connaissance de cause. "Les joueurs sont en manque de confiance à cause de cette période difficile. Certains sont inhibés et n'osent plus prendre de risques" a analysé Genesio, avant de se montrer confiant pour les Lyonnais.

"La seule solution dans ces moments-là, c’est de rester unis, forts"

"Pour moi, la seule solution dans ces moments-là, c’est de rester unis, forts, entre le staff, les dirigeants et les joueurs, préconise l'ancien entraîneur de l'OL. Et de travailler. Ça va revenir. Lyon est toujours sorti de ces moments-là. Il y a toujours eu des moments difficiles. On en est sortis. Les choses vont revenir dans l’ordre quand ils vont enchaîner des victoires."

L'entraîneur a d'ailleurs confié suivre de très près l'évolution de son ancienne équipe. "Quand je me lève en Chine, avec le décalage horaire, mon premier geste est de regarder les résultats de Lyon. Car je suis avant tout un supporter de l'OL... C'est d'ailleurs pour ça que j'ai très mal vécu mes premières critiques quand j'étais à sa tête."

Revenir en France est aussi l'occasion pour lui de comparer le niveau de la Ligue 1 avec celui de la Super League chinoise. Actuel deuxième du championnat avec Beijing Guoan et toujours en course pour décrocher le titre national, il estime que son équipe jouerait "entre la 15e et 20e place en Ligue 1", voire même "le haut de tableau en Ligue 2".

F.G