RMC Sport

Affaire de la quenelle : Anelka plaidera non coupable

Nicolas Anelka.

Nicolas Anelka. - -

Vingt-quatre heures après la décision de la Fédération anglaise de football de sanctionner Nicolas Anelka pour sa quenelle effectuée le 28 décembre dernier, l’intéressée se défend d’être « raciste ou antisémite ».

Au lendemain de la décision de la Fédération anglaise de football de donner suite au geste de la quenelle effectué par Nicolas Anelka, le 28 décembre dernier après un but inscrit face à West Ham, l’attaquant français a décidé de réagir via Twitter et facebook. Si ce geste est considéré comme « abusif, indécent, injurieux, inadéquate » par la FA car considéré comme « une violation grave car il comprend une référence à l'origine ethnique, raciale et à la religion ou la conviction », l’attaquant français de West Bromwich Albion (34 ans) se défend d’être « raciste ou antisémite ».

« La Fédération anglaise de football a engagé un expert pour statuer sur la signification de ma quenelle... Ce dernier a conclu que mon geste avait une connotation antisémite, ce qui a conduit à ma mise en accusation par la FA, explique Anelka. Il aurait été légitime que cet expert soit français, vivant en France, et pouvant avoir une connaissance exacte de mon geste. Quel meilleur expert que M. Cukierman, président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France), qui explique lui très clairement que ma quenelle ne pouvait pas être considérée comme antisémite ! Il a par ailleurs expliqué avec précision et à quel moment ce geste pouvait avoir une telle connotation. Je demande donc à la Fédération anglaise de bien vouloir enlever les charges qui me sont reprochées. Et je le répète, je ne suis ni antisémite ni raciste. »

Cukierman ne veut pas être « expert » dans cette affaire

Contacté par RMC Sport, Roger Cukierman ne s'est pas fait prier pour clarifier ses propos : « Le geste conçu et réalisé par Dieudonné est antisémite et la sympathie de Nicolas Anelka (pour Dieudonné) est évidement suspecte ». Avant de couper court à toute tentative récupération, de manière claire et nette : « Je n’ai pas du tout envie d’être « expert » dans cette affaire ».

En plaidant non coupable, l’ancien joueur du Real et du PSG dispose de 10 jours pour préparer sa défense avant de se présenter devant une commission de la Fédération. Il risque une lourde amende et une suspension d'au moins cinq matches. « On est dans une incertitude juridique d’abord pour savoir si ce geste est répréhensible, rappelle Me Bertrand, ancien avocat d’Eric Cantona et spécialiste du droit anglo-saxon. Pour condamner, la Fédération Anglaise devra trancher sur la signification du geste. Une question à laquelle aucun tribunal sportif ou civil n’a pour l’instant voulu répondre. »

La rédaction