RMC Sport

Angleterre: une femme sur cinq a déjà subi des attouchements dans un stade de foot

Des supportrices de Leyton Orient à Wembley, en 2019

Des supportrices de Leyton Orient à Wembley, en 2019 - Icon Sport

Selon une étude menée outre-Manche auprès de 2.000 femmes habituées à se rendre dans des stades de foot, 20% d'entre elles ont déjà subi des attouchements en tribunes. Et 5% disent ne plus vouloir se rendre en gradins à cause des comportements sexistes.

Si jamais certains en doutaient, il y a encore du travail à faire pour que les femmes se sentent à l'aise dans les stades de foot. Beaucoup de travail. Comme elle l'avait fait en 2014, la Football Supporters' Association (FSA) vient de publier les résultats d'un sondage mené auprès de 2.000 spectatrices habituées à prendre place dans les tribunes outre-Manche, notamment en Premier League. Et certains chiffres sont inquiétants.

Ainsi, 34% des femmes interrogées disent avoir entendu des commentaires sexistes durant un match, 24% ont eu droit à des chansons déplacées, et 44% ont entendu leurs voisins de tribunes leur expliquer qu'elles s'y connaissent bien "pour une femme". Voilà pour les paroles. Mais il y a aussi les actes. Et l'on découvre que 20% des sondées - soit une sur cinq - ont déjà subi des attouchements, ou du moins des contacts physiques "non désirés", dans les gradins. Un résultat deux fois supérieur à celui du sondage similaire mené il y a sept ans.

>>> Suivez la Premier League sur RMC Sport

Pas forcément plus d'incivilités, mais un changement de mentalités

Faut-il y voir une recrudescence des comportements répréhensibles? Pas forcément. "Les spectatrices sont moins susceptibles d'accepter un comportement sexiste, ou disposées à l'excuser, à le considérer comme une plaisanterie, observe Ally Simcock, membre du conseil d'administration de la FSA. Je vais voir du football masculin depuis longtemps maintenant, et j'ai entendu ma part de commentaires sexistes, mais beaucoup de choses ont changé récemment. Des événements comme le mouvement MeToo ont aidé à changer la perception des gens sur ce qu'ils sont prêts à accepter ou non."

En clair: les femmes ont décidé de dire stop, et de dénoncer les mauvais agissements à leur encontre. Alors que 24% disaient rire du sexisme dans les stades en 2014, elles ne sont plus que 12%, aujourd'hui, à pouvoir s'en amuser. Les conséquences sont en tout cas réelles, puisque 5% des spectatrices interrogées disent ne plus avoir envie d'aller au stade à cause des comportements sexistes.

La Premier League, qui n'a pas commenté officiellement le sondage, a confié à Sky News étudier de nouvelles sanctions pour les auteurs de dérapages, et vouloir former les stadiers à ce sujet.

C.C.