RMC Sport

Arsenal, le malaise Özil

Mesut Özil

Mesut Özil - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Très affecté par son penalty manqué face au Bayern Munich en Ligue des champions (0-2), le meneur de jeu allemand d’Arsenal Mesut Özil suscite davantage de scepticisme que d’espoir. Explications.

Pas sûr que Mesut Özil soit titulaire contre Sunderland ce samedi (16h) à l’Emirates Stadium lors de la 27e journée de Premier League. En conférence de presse, Arsène Wenger a pourtant défendu son joueur, dans l’œil du cyclone depuis son penalty manqué à 0-0 face au Bayern Munich (0-2), mercredi, en 8e de finale aller de la Ligue des champions. Pour montrer tout son soutien, l’Alsacien a même osé la comparaison avec l’une des plus grandes légendes d’Arsenal. « Avant lui, d’autres joueurs ont manqué des penalties. Dennis Bergkamp en a raté un très important en 1999 (en demi-finale de Cup contre MU, 1-2). Ensuite, il a refusé de les tirer (temporairement, ndlr). On inaugurera sa statue demain (samedi devant l’Emirates Stadium)… »

Si la comparaison touchera sans doute l’Allemand, celui-ci reste très affecté par cet échec face aux Bavarois lors d’un match où tout le monde l’attendait. Au point d’adresser sur Facebook un message d’excuses à ses supporters. « Je ne me sens pas mieux au lendemain du match. Désolé les gars, les choses ne devaient pas se passer de cette façon. En infériorité numérique (expulsion de Wojciech Szczesny, ndlr), il était vraiment difficile de gagner contre cette équipe. »

Accrochages avec Mertesacker et Flamini

Ce vendredi, Arsène Wenger ne s’est pas montré plus rassurant sur le moral de son joueur. « Est-ce qu’il va bien ? Bien sûr que non. Quarante-huit heures, c’est un peu court pour se remettre de cela. Quand on vous n’êtes pas bon un jour, on vous critique, c’est normal. Mais il travaille dur. Je ne veux pas lui mettre plus de pression, c’est un joueur de top classe. Il n’a pas disputé son meilleur match mercredi mais ça arrive. Il travaille pour s’adapter au niveau physique de la Premier League. Pour moi, c’est un joueur de football exceptionnel. »

Malgré le soutien de son coach, la personnalité de l’Allemand interpelle. Si l’ancien joueur du Real Madrid paye le montant de son transfert (50M€, un record pour Arsenal), l’homme, trop discret et qui ne manie pas bien l’anglais, ne donne pas l’impression de faire son maximum pour s’intégrer. Sur le terrain, après des débuts très prometteurs, Mesut Özil, critiqué pour sa nonchalance, a connu une sérieuse baisse de régime. Après l’humiliation reçue à City (6-3), il a reçu une soufflante par son compatriote Per Mertesacker pour ne pas avoir applaudi ses supporters à la fin de la rencontre. Face au Bayern, on l’a aussi vu s’accrocher avec Mathieu Flamini. Des signes pas très rassurants pour la petite perle du football allemand.

A lire aussi :

Cazorla : « C’est ma dernière chance »

Toute l’actu de la Ligue des champions

Toute l’actu de la Premier League 

AB avec PA