RMC Sport

Debuchy : « Dans les tribunes, j’ai eu la chair de poule»

Mathieu , neo-Magpie

Mathieu , neo-Magpie - -

Mathieu Debuchy s’est engagé ce vendredi avec Newcastle, paraphant un contrat de cinq ans et demi. L’ancien Lillois, qui était l’invité de Larqué Foot ce vendredi sur RMC, a été séduit par les Magpies.

Mathieu, vous aviez failli signer à Newcastle cet été. C’est chose faite. Vous sentez-vous soulagé ?

Ça aurait dû se faire cet été, mais on ne va pas revenir là-dessus. Aujourd’hui, je suis simplement heureux d’avoir signé à Newcastle.

Ce transfert avorté a-t-il pesé dans votre jeu depuis le début de la saison ?

Au début oui, forcément. Pendant un bon mois, je n’avais pas la tête à Lille, il faut le reconnaître. Après, j’ai eu une blessure en sélection, ça a été un peu dur. Mais par la suite, je me suis concentré à fond sur le LOSC.

Votre départ se fait-il dans de bonnes conditions ?

Oui, je quitte Lille en très bons termes. Il n’y a aucun problème. J’en ai parlé avec le coach, il est content pour moi, même s’il aurait préféré que je finisse la saison. Après, il y a des problèmes financiers au club, donc le président a validé mon transfert, mais tout ça dans un très bon état d’esprit.

Pensez-vous pouvoir vous imposer dans ce club ?

Je vais essayer d’être rapidement opérationnel. Ce n’est pas forcément la meilleure période pour changer de club et de pays. Je vais essayer de m’adapter au plus vite au style anglais et au jeu de Newcastle pour être performant le plus tôt possible.

Vous attendez-vous à une rude concurrence ?

Le poste est pour l’instant bien tenu par Danny Simpson. Mais c’est sûr que je suis venu ici pour jouer. A moi d’être performant à l’entraînement pour être sur le terrain le week-end.

Ne craignez-vous pas le syndrome Lloris, qui a quitté Lyon pour se retrouver sur le banc au début à Tottenham ?

Je ne crains pas ça du tout. A moi de me mettre dans le bain rapidement, de m’adapter rapidement, de bosser dur. Ça ne va pas être facile au début, on change carrément de championnat. Yo (Yohan Cabaye, ndlr) m’a expliqué un peu, c’est un autre rythme…

Vous rejoignez une sacrée colonie française…

C’est sûr que ça va faciliter les choses. Avec Yo Cabaye, on se connaît depuis des années. Il y a aussi Hatem (Ben Arfa), Sylvain (Marveaux), Romain Amalfitano… Ils m’ont très bien accueilli. Il y a beaucoup de Français, donc on va se sentir un petit peu en France.

Et peut-être bientôt Loïc Rémy…

J’en ai entendu parler. Je sais qu’ils sont à la recherche d’un attaquant. Je pense que Loïc a le bon profil. On verra bien.

Pensez-vous que signer à Newcastle est une bonne chose pour votre carrière chez les Bleus ?

Seul l’avenir le dira. J’ai pris cette décision, à moi d’être performant en match pour continuer à faire partie de la sélection.

Pourquoi avoir choisi ce club, qui ne joue pas la Ligue des champions ?

J’ai eu beaucoup de questions autour de ça. Beaucoup disent que je régresse. Mais ils ne connaissent pas le championnat anglais, ni ce club. Je peux vous dire qu’en deux jours, j’ai pu m’apercevoir que c’était un très grand club. J’ai pu assister au match contre Everton, dans les tribunes, et j’ai eu la chair de poule. C’est vraiment phénoménal. Newcastle n’est pas à la bonne place au classement (15e), vu l’effectif, le stade, supporters. C’est un beau challenge à relever. Et de toute façon, même si Newcastle ne joue pas la Ligue des champions, les week-ends, ce sera souvent des matchs de type Ligue des champions, vu les équipes que l’on va affronter. Il y aura un parfum quand même.

Avez-vous le sentiment de quitter Lille au bon moment ?

Sincèrement, oui. Il faut dire les choses. On est à la fin d’un cycle et on n’est pas sur une pente ascendante. C’est dommage parce qu’on avait réalisé quelque chose d’énorme il y a deux ans et je pensais qu’on allait poursuivre sur cette voie. Après il y a des problèmes d’argent, comme dans tous les clubs, et donc il faut faire des choix.

Le départ de Mickaël Landreau vous a-t-il touché ?

Oui, j’ai forcément été touché. C’était quelqu’un d’important dans l’équipe. C’était quelqu’un avec qui je m’entendais bien, sur et en dehors du terrain. Qu’il quitte le club comme ça, ça n’a pas été évident. C’est vrai qu’il y a eu pas mal de changements en peu de temps. Il va falloir recommencer un cycle, mais je ne me fais pas de souci pour ça. Lille est bien géré et je ne m’inquiète pas pour eux là-dessus.