RMC Sport

Grimandi : « Le projet de Wenger est une réussite »

Après avoir porté le maillot des Gunners pendant six saisons, Gilles Grimandi oeuvre au sein de la cellule recrutement

Après avoir porté le maillot des Gunners pendant six saisons, Gilles Grimandi oeuvre au sein de la cellule recrutement - -

Ancien Gunner et aujourd’hui membre de la cellule recrutement d’Arsenal, Gilles Grimandi défend le bilan d’un club envié pour sa qualité de jeu, mais vierge de titres depuis cinq ans et une Cup enlevée en 2005.

Gilles Grimandi, Arsenal est reconnu pour pratiquer l’un des jeux les plus attractifs d’Europe, mais ne gagne plus de titres. Comment l’expliquer ?

Il y a quand même beaucoup de bons résultats. Chaque année, on termine dans le « big four ». On voit des équipes qui investissent des millions d’euros et qui ne parviennent pas à atteindre cet objectif. En Ligue des Champions, on passe les poules, on est toujours dans les huit meilleures équipes. On n’est pas dans la même catégorie financièrement que certains clubs aux moyens exorbitants. On aurait pu prendre des joueurs avec un grand nom, mais sans garantie supplémentaire de gagner des titres. Mais surtout, on aurait cassé les jeunes qui arrivent derrière et qui auraient été meilleurs que les grands noms après six ou huit mois.

La méthode Wenger qui consiste à recruter des jeunes joueurs n’est-elle pas confrontée à ses limites ?

Les gens ne réalisent pas la transformation profonde du club. Quand Arsène est arrivé, c’était une équipe âgée et d’une moyenne d’âge de 32 ans. Il a fallu tout changer avec des moyens économiques très limités. Le club avait ce projet de construire un stade. Arsenal est en situation aujourd’hui exceptionnelle. Financièrement, c’est un club qui fait des bénéfices. Ce qui est rare. Il y a une vraie philosophie de jeu et de grosses infrastructures. Arsène a monté un projet pas uniquement centré sur les joueurs, mais sur un staff, un centre d’entraînement… Ce projet est une réussite, même s’il n’a pas encore été concrétisé par des titres.

« L’après-Wenger sera difficile »

Peut-on parler d’un certain manque de caractère de l’équipe ?

On a toujours un jugement très dur sur les gens talentueux. On a l’impression qu’ils en font moins, qu’ils n’ont pas de caractère… Cette équipe a du caractère. Il faut qu’elle se persuade qu’elle peut atteindre tous ses objectifs. On est dans la course pour jouer sur tous les tableaux, ce qu’aucune autre équipe anglaise ne peut dire. On a tellement été habitués au départ à faire des doublés et à gagner des titres, qu’aujourd’hui l’exigence est élevée.

Craignez-vous une perte des valeurs véhiculées par le club lorsqu’Arsène Wenger partira ?

Il a tout fait pour que cela ne se produise pas. Il a contribué à créer un nouveau stade qui va rester, un nouveau centre d’entraînement, il a donné un outil de travail exceptionnel. L’équipe est très jeune, pas en fin de cycle. Je ne veux pas envisager l’après-Wenger parce qu’aujourd’hui l’importance du coach est énorme au sein du club. Il est capable de prendre le poids de la pression sur lui sans jamais changer de direction et ça ce n’est pas donné à tout le monde. L’après-Wenger sera forcément difficile.

Recueilli par Aurélien Brossier