RMC Sport

Henry comme dans un rêve

-

- - -

Pour son grand retour sous le maillot d’Arsenal, l’attaquant français, entré en jeu à la 68e minute face à Leeds, au troisième tour de la Cup, a inscrit le but de la qualification à son équipe (1-0). Sa 227e réalisation avec les Gunners. L’Emirates Stadium ne pouvait pas rêver plus beau scenario.

L’espace de dix minutes, l’Emirates Stadium s’est transformé en théâtre des rêves. Le surnom d’Old Trafford, l’antre de Manchester United, a rarement aussi bien collé au jardin des Gunners. En ce lundi presque ordinaire, jour d’un troisième tour de FA Cup face à Leeds (D2), Arsenal a écrit l’une des plus pages les plus émouvantes de son histoire. Elle se résume à un seul homme : Thierry Henry.
Le grand retour de l’ancien attaquant des Red Bull de New York au sein de l’équipe d’Arsène Wenger était déjà un évènement majeur. Celui qui n’avait plus porté le maillot rouge et blanc depuis le mois de mars 2007, allait donc disputer un 371e match avec le club de sa vie. Et comme il existe rarement de fausses notes entre le Français et le club londonien, le scenario réservé au public de l’Emirates a tenu toutes ses promesses.

Les applaudissements de Beckham

Evidemment, il y a 0-0 lorsque l’Alsacien décide de (re)lancer « Titi » (68e). Dix minutes après un tonnerre d’applaudissements, Henry, bien servi par Song, ouvre son pied droit. Comme au bon vieux temps. Et trompe Lonergan (1-0, 78e). L’Emirates chavire. Ce 227e but sous les couleurs d’Arsenal n’entre pas dans le top 5 de ses chefs d’œuvre. En revanche, il n’est pas loin d’être le plus mémorable. Et le plus émouvant.
Sous les yeux de David Beckham, présent dans les tribunes de l’enceinte londonienne, Henry signe un retour canon. Sa joie après avoir offert la qualification à Arsenal, ne trompe d’ailleurs personne. Extrêmement ému, « Titi », félicité par tous ses coéquipiers, est resté quelques minutes sur la pelouse pour savourer et remercier les supporters. Pour son prochain match, ce week-end, Arsenal se déplace à Swansea City (21e journée). Vivement dimanche !