RMC Sport

Humilié 8-0 par Southampton, Sunderland va rembourser ses supporters

-

- - -

Un déplacement, une défaite, huit buts encaissés, zéro inscrit et, au final, la décision originale d’un club de rembourser (en partie) ses supporters. Retour sur la folle semaine de Sunderland.

Samedi dernier, 2 600 fans de Sunderland ont pris leurs voitures, leurs trains ou leurs cars pour traverser presque toute l’Ile de Bretagne. Au fil des 500 kilomètres de conduite à droite, ils ont ainsi traversé l’espace (presque la totalité de l’Ile de Bretagne), mais aussi le temps. Car pour quitter le pays du soleil pour le sud de l’Angleterre, on se doit de passer par Middlesbrough, Leeds, Sheffield et Nottingham. Un sympathique voyage à travers l’histoire du football anglais qui s’est finalement transformé en périple vers le cimetière des éléphants. Six heures de trajet plus tard, Sunderland en prenait huit dans la musette par les partenaires de Morgan Schneiderlin. 

Une rareté, puisque ce type de raclée n’était arrivé que deux fois auparavant, comme le précisait, sur le moment, Jonathan Wilson, célèbre journaliste spécialiste de tactique, mais aussi grand fan des Black Cats. Une affection qui pousse parfois les esprits les plus rationnels à se rassurer comme ils peuvent. « Sunderland a déjà perdu deux fois 8-0, contre West Ham en 1968 et Watford en 1982. A la fin d’aucune de ces saisons, ils ne furent relégués. C’est un bon présage » déclarait en effet l’auteur avec humour, face à la catastrophe de l’actuel 17e de Premier League. 

Humiliés

Comme si la déroute avait été programmée, c’est d’abord Vergini qui trompe son propre gardien à la 12e au St. Mary's Stadium. S’en suit une avalanche de buts (Pellé, Cork, un csc de Bridcutt, Pellé encore, Tadic, Wanyama et Mayuka) et d’erreurs qui pousseront le pauvre gardien Vito Mannone (ancien d’Arsenal) à envisager le remboursement pour les fans humiliés. 

« Je vais personnellement parler à l’équipe pour voir s’il est possible de payer les tickets et les voyages. Nous devrions le faire parce que nous ne nous sommes pas imposés, nous n’avons pas assez travaillé. Nous avions bien commencé, mais après le premier but nous avons baissé les bras – et je m’inclus également. » Honnête et surtout prophétique, puisque le club a ensuite confirmé que oui, les 2 600 fans se verraient offrir un remboursement de leurs billets, mais pas des coûts de leur voyage. Traverser le pays, ça ne se rembourse pas. Pour tout le reste, il y a Southampton.

Raphael Cosimano