RMC Sport

La renaissance de Drogba

-

- - -

Transparent sous les ordres de Scolari, Didier Drogba retrouve des sensations et le chemin des filets depuis l’arrivée de Guus Hiddink à la tête de Chelsea.

Deux buts en trois matches. Cette saison, Didier Drogba (vingt-six matches, cinq buts toutes compétitions confondues) n’avait jamais été à pareille fête. Décisif face à la Juventus en Ligue des Champions (1-0), l’ancien Marseillais a remis ça six jours plus tard sur la pelouse de Portsmouth (0-1). Longtemps gêné par les blessures, les méformes et le manque de considération de Luiz Felipe Scolari à son égard, l’international ivoirien, qui déprimait sec – « Devant la télévision, c'est dur de marquer » -, revit.

Titulaire dès le premier match de Guus Hiddink face à Aston Villa, l’ancien Marseillais n’est jamais sorti de l’équipe depuis. Positionné à la crête du 4-4-3 établi par Hiddink, l’Ivoirien profite du boulot abattu par Kalou et Anelka. Et s’il n’est pas encore à 100 % physiquement, Drogba a déjà séduit son nouveau coach. « Sur le terrain, il se bat sur chaque balle et ses partenaires peuvent en profiter. En dehors du terrain, il est un bon exemple et il est très engagé pour le reste de l’équipe. »
La page Scolari est donc tournée, une page que Drogba avait dû rouvrir récemment pour remettre les points sur les i avec son ancien coach, ce dernier l’ayant accusé d’avoir œuvré à son limogeage. «Comment un joueur peut-il être responsable si on perd pendant autant de semaines et si on perd des points ? Je respecte Scolari et je n'ai pas eu de discussions avec le propriétaire. Si j'avais eu tellement de pouvoir, Mourinho serait encore là ! »

« Je reste jusqu’en 2010 ! »

Nostalgique du passé Drogba ? Visiblement non. « Je veux qu'on arrête de dire que je vais retourner à Marseille ou aller à l'Inter Milan. Je veux rester ici jusqu'à la fin de mon contrat. » Ce dernier expirera en juin 2010. D’ici là, le joueur, qui dispose d’une cote toujours aussi importante auprès de l’Inter Milan et du FC Barcelone, aura tout le loisir, ou non, d’étudier l’éventuelle prolongation de contrat que devrait lui formuler les Blues.

La rédaction