RMC Sport

Mesut Özil s’engage contre le terrorisme

"Le terrorisme n’a pas sa place dans l’Islam", a écrit Mesut Özil sur Twitter, après la vague d'attentats islamistes qui a submergé la France ces dernières semaines.

Les messages de soutien ou de condoléance des footballeurs pour les trois Français assassinés à Nice dans une attaque terroriste islamiste ont parfois manqué jeudi, même si les entraîneurs engagés en Coupe d’Europe, à l’image de Patrick Vieira et Christophe Galtier, ont eu une pensée forte pour les victimes, et que Dante, le défenseur brésilien des Aiglons, a confié que les joueurs étaient très touchés. "Le terrorisme n’a pas sa place dans l’Islam", a pour sa part déclaré Mesut Özil, de confession musulmane.

Proche du président turc Recep Tayyip Erdogan

Pour appuyer son propos et illustrer sa foi, le meneur de jeu d’Arsenal s’est appuyé sur l’interdiction de tuer de la sourate V, verset 32: "Celui qui a tué un homme qui n’a commis aucune violence sur terre, ni tué, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Celui qui sauve un seul innocent, c’est comme s’il avait sauvé l’humanité tout entière. Nos envoyés sont venus à vous avec des messages clairs." Ce passage est souvent affiché par les Musulmans qui ne reconnaissaient pas leur religion à travers ces actes abominables.

Pour rappel, Mesut Özil, international allemand d’origine turque, s’est marié à Istanbul avec comme témoin un certain Recep Tayyip Erdogan. Le président turc, dans une tentative opportune de déstabilisation, s'est emparé de la colère qui agitait le monde musulman cette semaine, suite aux déclarations du président français sur le séparatisme islamiste, pour s’en prendre violemment à Emmanuel Macron et à la France, ses valeurs.

Erdogan s'était interrogé sur la santé mentale du président de la République dans la foulée d'un discours en hommage à Samuel Paty, ce professeur d'histoire géographie lâchement assassiné, lui aussi dans un attentat islamiste, pour avoir montré des caricatures dans un cours sur la liberté d'expression. Recep Tayyip Erdogan avait prolongé cette escalade dans les tensions diplomatiques en appelant à boycotter les produits français.

QM