RMC Sport

Premier League: ça chauffe entre les managers et les consultants

José Mourinho

José Mourinho - AFP

Les managers et consultants de la Premier League se sont livrés quelques belles passes d'armes ces derniers jours. Très critiques à l'égard de leur ancien club, Thierry Henry et Paul Scholes ont ainsi été recadrés sèchement par Arsène Wenger et José Mourinho.

Le Boxing Day n'est pas que la période des cadeaux en Premier League. Depuis quelques jours, ce sont plutôt des petites phrases assassines que s'échangent certains entraîneurs et consultants. Les deux derniers exemples en date concernent en plus des têtes d'affiche du championnat anglais et des médias. Le premier round a ainsi opposé Thierry Henry, consultant pour Sky Sports, à son ancien mentor Arsène Wenger.

Après que l'ancien attaquant d'Arsenal a évoqué des tensions entre Alexis Sanchez et ses coéquipiers, le coach alsacien lui a répondu sèchement: "Je n’écoute pas ce qu’il dit, ni ce que disent les autres. Nous nous concentrons sur nos propres problèmes. Il y a des gens qui sont payés pour parler. C’est parfois difficile quand vous êtes payés pour parler, parler, parler d’arriver à dire seulement des choses vraies et intelligentes".

A lire aussi >> "C’est difficile de dire seulement des choses intelligentes": Wenger se paye Thierry Henry

Mourinho: "J'espère que Scholes pourra réussir 25% de ce que j'ai fait"

La deuxième confrontation a opposé José Mourinho à Paul Scholes. Très critique à l'égard de Paul Pogba, l'ancien milieu des Red Devils a eu droit à une réponse "mourinhesque". "Je pense que la seule chose que Paul Scholes fait, c'est critiquer, a déclaré le coach de MU. Je ne pense pas qu'il commente. Il critique, ce qui est une chose différente. C'était un joueur phénoménal, ce qui ne signifie pas que nous avons tous à être phénoménaux."

"Paul (Pogba) essaie de faire de son mieux tout le temps. Parfois, il joue très bien, parfois il joue bien, parfois il ne joue pas très bien. Ce n'est pas de la faute de Paul s'il a coûté plus d'argent que Paul Scholes. C'est juste le football. Si un jour, Paul se décide à être un manager, j'espère qu'il pourra réussir 25% de ce que j'ai fait. 50% de ça, c'est 12,5 trophées. 25% c'est environ six. Si c'est 25%, il sera assez heureux."

>> Le live mercato 

VIDEO >> Le duo Pogba-Martial lance MU à Everton

Alexandre Alain Rédacteur