RMC Sport

Premier League: Comment un prince saoudien s'est payé Sheffield United à prix réduit

Après plusieurs années de conflit juridique, le verdict du tribunal rendu public ce lundi oblige Kevin McCabe à céder ses parts de Sheffield United à l’autre co-propriétaire, un prince saoudien, pour près de 5,6 millions d’euros. Retour sur le processus qui a permis au nouvel homme fort des Blades de se payer un club de Premier League pour une bouchée de pain.

Promu cette saison dans l’élite du football anglais, Sheffield United réalise un début de campagne honorable avec une quinzième place provisoire en championnat après cinq rencontres. Il faut bien l’avouer, l’instabilité chronique au sein de la direction et surtout le conflit ouvert entre les eux co-propriétaires, Kevin McCabe et le prince saoudien Abdullah Bin Mosaad Bin Abdulaziz Al Saud, n’ont pas aidé les Blades à préparer sereinement leur retour en première division. Mais cela pourrait rapidement changer après un arbitrage rendu public ce lundi par Justice Fancourt, le président de la Cour suprême d'Angleterre et du Pays de Galles à Londres.

Dans un verdict long de seulement trois minutes, l’homme de loi a statué en faveur de l’actionnaire saoudien. Après ce verdict, Kevin McCabe devra donc vendre ses 50% restants au petit-fils d’Ibn Saoud, fondateur du royaume d’Arabie saoudite, contre près de 5,6 millions d’euros. "Je suis ravi que cette décision de justice mette fin à l’instabilité et aux incertitudes entourant l’avenir de Sheffield United, a indiqué le Prince Abdullah dans un communiqué transmis à la presse. Notre entraîneur Chris Wilder et l’équipe ont réalisé un début de saison prometteur. Maintenant ils vont tous pouvoir se concentrer pleinement sur la saison capitale du club en Premier League sous la direction d’un propriétaire stable."

50% de Sheffield pour 1 Livre symbolique en 2013

SI le membre de la famille royale saoudienne, également co-propriétaire du Beerschot en Belgique, se réjouit de la décision du tribunal c’est d’une part parce qu’elle lui donne le champ libre pour poursuivre le développement du club de Sheffield United comme bon lui semble. Surtout, cela permet au Prince Abdullah de réaliser une superbe affaire avec l’achat d’un club de Premier League à un prix défiant toute concurrence. Avant les 5,6M€ à régler auprès de Kevin McCabe, ce qui constitue déjà une somme dérisoire pour une équipe de l’élite, le nouvel homme-fort des Blades avait déjà acheté 50% du club pour un montant symbolique en 2013.

Alors tout puissant propriétaire des pensionnaires de Bramall Lane, Kevin McCabe avait accepté de vendre la moitié de ses parts au Prince Abdullah pour une livre sterling, soit à peine plus d’un euro. Fort de son expérience à la tête du club d’Al Hilal, le dirigeant saoudien devait prendre en charge le financement de Sheffield United pendant trois ans pour lui permettre de quitter la League One (D3) et de remonter au plus vite en Premier League. Très vite, l’homme d’affaire britannique s’est estimé lésé par son nouveau partenaire. Kevin McCabe a estimé qu’Abdullah Bin Mosaad n’avait pas été honnête sur l’étendue de sa fortune et a rapidement porté l’affaire devant la justice afin de reprendre le contrôle de son bien en accusant son associé de fraude. Le vainqueur de ce conflit légal récupérant la totalité du club.

Un manque à gagner de plusieurs centaines de millions d’euros

Et petit à petit, l’enjeu de cette bataille judiciaire a fini par grossir au fur et à mesure que le niveau de jeu de Sheffield United a progressé. Dès la saison 2016-17 le nouvel entraîneur des Blades, Chris Wilder a réussi à faire grimper son équipe en Championship. Après une année d’adaptation en deuxième division, Wilder a encore mené Sheffield United à une promotion en 2018-19, cette fois en Premier League. La dizaine de millions d’euros pour laquelle se battaient Kevin McCabe et le Prince Abdullah s’est donc transformée en un joli pactole estimé à plusieurs centaines de millions d’euros. L’actionnaire anglais ayant même indiqué son intention de vendre le club une fois la bataille judiciaire terminée.

Pas de chance pour lui, la décision de justice n’a pas tourné en sa faveur et le Prince Adbullah se retrouve maintenant en position de force. A moins que Kevin McCabe ne décide faire appel du verdict. Une situation qui compliquerait encore un peu plus la tâche de l’entraîneur des Blades dans sa course au maintien.

Jean-Guy Lebreton