RMC Sport

Premier League: la nouvelle addiction qui se développe dans les championnats anglais

Ancien joueur de troisième division en Angleterre, Ryan Cresswell a témoigné mercredi de son ancienne addiction aux somnifères, qui a failli lui coûter la vie. Désormais sobre depuis un an, le manager de Sheffield FC souhaite alerter sur cette pratique, qui se répand selon lui dans le monde du football anglais.

C'est un témoignage précieux qui pourrait alerter les clubs et les joueurs, et empêcher la sortie de route de plusieurs footballeurs professionnels. C'est en tout cas l'objectif de la prise de parole de Ryan Cresswell, ancien joueur de plusieurs clubs de troisième division anglaise (Northampton Town, Rotherham United, Southend United) et désormais manager de Sheffield FC (à ne pas confondre avec Sheffield United).

"Si je peux parler de ce qui m'est arrivé et que cela empêche un seul joueur actuel de vivre ce que j'ai vécu, c'est déjà suffisant", assure Cresswell lors d'une interview à The Independent. L'ex-joueur, âgé désormais de 34 ans, a décrit publiquement son addiction aux somnifères, devenue selon lui "un gros problème dans le football, tout en haut". Autrement dit: un problème qui touche également des joueurs de Premier League.

Pour Cresswell, la prise de somnifères a débuté comme pour de nombreux joueurs: "Ça a commencé après un match, c'était génial et je pense que c'est la bonne manière de les prendre. Mais après, je suis passé à deux par jour et j'ai su que j'étais dépendant. Ce n'était pas moi qui en avait envie, c'était mon corps. Je savais que ce n'était pas bien. C'était horrible."

Rooney arrêté en 2018 après un coktail alcool-somnifère

Les somnifères, qui ne sont pas considérés comme des produits dopants, sont généralement utilisés par les footballeurs après un match pour mieux s'endormir après la montée d'adrénaline que provoque un match. Mélangées avec de l'alcool, ces pilules peuvent en revanche provoquer un coktail explosif et potentiellement mortel.

Après l'arrestation en décembre 2018 de Wayne Rooney à Washington pour injures et état d'ébriété, son avocat avait précisé que le joueur était "désorienté" en raison de ce coktail somnifère-alcool. Dans le cas de Ryan Cresswell, cette addiction aurait pu lui coûter la vie, lorsqu'il explique qu'elle a failli le pousser à "se jeter sous un train".

Après une première cure de désintoxication et une rechute, le manager de Sheffield FC se dit sobre depuis maintenant douze mois, et souhaite donc alerter sur les risques et la propagation de cette pratique chez les footballeurs professionnels. "Il y a des jeunes de 22 ou 23 ans en Premier League et en Championship qui prennent trop de somnifères", assure Cresswell.

Au moins un joueur de Premier League concerné

"Ce n'est que trois ans plus tard qu'ils se rendront compte qu'ils ont un vrai problème. Les sueurs et les tremblements nocturnes viendront et ils devront simplement s'en sortir", ajoute l'ancien joueur. Il y a deux ans, l'organisation Sporting Chance, qui aide les sportifs en difficulté mentale, avait alerté les joueurs des championnats anglais sur les risques de la prise de somnifères.

Depuis, The Telegraph a révélé qu'un joueur de Premier League avait demandé de l'aide concernant ce type d'addiction et qu'un autre joueur, l'une des stars du championnat, serait également dépendant de ce genre de produits. Avec sa prise de parole, Cresswell aura en tout cas réussi l'un de ses objectifs: refaire parler de cette pratique qui semble prendre de l'épaisseur outre-Manche.

DM