RMC Sport

Tottenham restera à Wembley jusqu'à la fin de l'année

Tottenham va encore devoir patienter avant de faire ses débuts dans sa nouvelle enceinte de 62.000 places. Alors qu'ils devaient initialement l'inaugurer en septembre dernier, Harry Kane et ses coéquipiers continueront finalement à disputer leurs matchs à domicile à Wembley jusqu'à la fin de l'année 2018.

Harry Kane et Tottenham vont encore devoir patienter avant de faire leurs débuts dans leur nouvelle enceinte. Dans un communiqué publié ce vendredi, le club anglais a annoncé qu'il allait encore évoluer à Wembley jusqu’au terme de l’année civile 2018, avant d’inaugurer son nouveau stade de 62.000 places, près de l'ancien White Hart Lane, dans le nord de Londres, en 2019. Dans la pratique, les supporters de Tottenham devront encore se rendre à Wembley pour les rencontres face à Chelsea, Southampton, Burnley, Bournemouth et Wolverhampton, en plus de deux rencontres de la phase de poules de la Ligue des champions contre le PSV et l’Inter.

Inauguration prévue initialement en septembre

"En prenant en compte toutes les données techniques et logistiques, nous avons été contraints de prendre la décision de faire jouer tous nos matchs à domicile au stade de Wembley, y compris celui contre Wolverhampton le 29 décembre", a expliqué Daniel Levy, président des Spurs, dans ce communiqué. Les dirigeants de Tottenham espéraient prendre possession de leur nouveau stade en début de saison. Les Spurs devaient initialement disputer leur premier match dans leur nouveau stade le 15 septembre dernier contre Liverpool. Mais Tottenham a depuis repoussé l’inauguration à plusieurs reprises en avançant des raisons de sécurité.

D'après les révélations du média britannique Construction News en septembre, d'importantes dérives ont été observées ces derniers mois sur le chantier du nouveau stade. Selon plusieurs témoignages recueillis, de nombreux ouvriers n’étaient absolument pas en condition d’exercer leur métier. "Il y avait des gens qui buvaient de la bière le matin avant de se rendre sur le site et qui sniffaient de la coke dans les toilettes", avait confié une source au Construction News.

RR avec AFP