RMC Sport

VIDEOS - Liverpool, Arsenal, MU : fortunes diverses pour la reprise

Olivier Giroud dépité à l'Emirates

Olivier Giroud dépité à l'Emirates - -

Liverpool s'en sort bien, Arsenal coule d'entrée et Manchester la joue champion. Revivez les trois plus gros matches de cette première journée de Premier League.

Liverpool 1-0 Stoke City : les Reds de justesse

Après une saison de transition, le Liverpool de Brendan Rodgers ouvrait le bal de la Premier League ce samedi. Face à Stoke City, formation sérieuse, mais bien plus dangereuse dans son imprenable forteresse du Britannia Stadium qu’à l’extérieur, les Reds ont bien failli gratifier leurs supporters d’un début d’exercice 2013/2014 calamiteux. La faute à Simon Mignolet, nouvelle recrue entre les poteaux, dont la venue a poussé Pepe Reina dehors (prêté à Naples). 8ème minute, l’ancien portier de Sunderland, se manque totalement sur un centre de Whelan et offre (presque) le premier but de la saison à Huth. Heureusement, l’Allemand se souvient qu’il est défenseur et trouve le moyen d’écraser la barre transversale. Il ne marquera pas le premier but de l’édition 2013/2014 de Premier League. Cet honneur échouera à Daniel Sturridge, qui réussit, à la 37ème, une frappe croisée d’école pour tromper Begovic. Dominateur dans le jeu, Liverpool accorde le tableau d’affichage à ses ambitions offensives et rentre au vestiaire rassuré.

La seconde période continue sur le même ton, bien que Liverpool aurait pu subir le scénario classique de l’équipe qui ne parvient pas à marquer un deuxième but et finit par se faire rattraper au score en fin de match. 88ème, Agger fait la faute la plus stupide de la saison (forcément) dans la surface. L’occasion pour Mignolet, bon durant tout le match, de faire définitivement oublier sa bourde de début de rencontre. Walters tire. Le portier arrête. Jones récupère. Mais Mignolet stoppe encore le cuir. Les cages d’Anfield viennent de trouver leur nouveau roi.

Arsenal 1-3 Aston Villa : l'accident

Voilà maintenant quatre saisons qu’Arsenal ne remporte pas sa première rencontre. Et si les Gunners s’en sortaient en général avec un nul, cette bonne habitude semble aussi en passe de se perdre. Les choses avaient pourtant bien commencé. Sur le banc au coup d’envoi, Yaya Sanogo, seule nouvelle tête londonienne ce samedi, a à peine le temps de s’installer qu’il voit son compatriote Olivier Giroud ouvrir le score à la 6ème. 1-0. Aston Villa commence sa saison avec les mêmes problèmes défensifs que l’an dernier.

Sur le banc pour une 18ème saison consécutive, Arsène Wenger observe ensuite ses hommes se diriger vers une première victoire facile en 2013/2014. Mais Szczesny semble tenir à respecter la tradition du premier match sans succès et n’est clairement pas aussi bien entré dans sa saison que ses partenaires. La preuve à la 22ème, quand il fauche Agbonlahor en pleine surface. En deux temps, Benteke, meilleur buteur des Villans l’année dernière, transforme. Tout est à refaire.

Quinze minutes plus tard, Szczesny, décidément en grande forme, sort de ses cages, puis carrément de sa surface, pour tenter d’arrêter une action adverse comme s’il jouait défenseur et finit presque par se faire lober sur un tir à trente mètres de Weswood. Le gardien revient et sauve le but. Pas sa réputation.

Au retour des vestiaires, les Londoniens en remettent une couche mais l’arbitre, Anthony Taylor, offre un second penalty aux visiteurs, plus généreux celui-là. Cette fois-ci, Benteke ne se rate pas et donne l’avantage aux siens. Un fait de match qui ne passe pas côté Arsenal. Sur le banc, Wenger est furieux mais maitrise tout de même mieux ses nerfs que Laurent Koscielny sur le terrain. Deux fautes en six minutes plus tard, le Français, coupable sur le second penalty, se voit montrer le chemin des vestiaires. Arsenal terminera à dix contre onze et prendra même un dernier but en contre à la 85ème par Luna. Le 17 août, c’est l’anniversaire de Thierry Henry. Comme cadeau, les Gunners auraient pu faire mieux.

Swansea-Manchester United : 1-4 / Wellbeck et van Persie font la paire

On avait un peu peur, après une campagne préparatoire peu convaincante (2 victoires, 2 nuls et 3 défaites) pour les débuts officiels de David Moyes sur le banc de Manchester United. Mais après la démonstration des Red Devils ce samedi après-midi sur la pelouse de Swansea (1-4), l’inquiétude s’est envolée. Déjà convaincant lors du Community Shield remporté aux dépens de Wigan (2-0), le champion d’Angleterre en titre a fait le métier face à Swansea (1-4). Et c’est le duo d’attaquants mancuniens qui a fait parler la poudre aux dépens de la bande à Michu. L’inévitable Robin van Persie (34e, 71e), bien sûr, mais aussi Danny Welbeck (34e, 90e+2) bien à propos pour redonner un peu plus d’épaisseur au succès des siens après la réduction du score de Bony (81e). Et Wayne Rooney ? L’Anglais, qui pourrait faire ses valises avant la fin du mercato, est entré (61e). Il s’est montré tout de suite décisif en jouant les points d’appui sur le second but de van Persie avant d’offrir le doublé à Welbeck. Une entrée... fracassante.

A lire aussi :

>>Toute l'actu de la Premier League
>> Debuchy : « Newcastle doit faire beaucoup mieux »
>> Arsenal – Giroud : « Wenger a été très clair »

RMC Sport