RMC Sport

Quiniou : "L’aide vidéo est une avancée inéluctable "

Le Board constitué par les quatre associations britanniques (Angleterre, Écosse, pays de Galles, Irlande du Nord) et la Fifa a annoncé ce samedi que l’aide vidéo pour les arbitres était autorisée à titre expérimental à partir de la saison 2017-2018 au plus tard et pendant au moins deux ans. Plutôt une bonne nouvelle pour Joël Quiniou, ex-arbitre international et consultant pour RMC Sport.

« Il faut faire attention à ne pas robotiser la fonction de l’arbitre. Celui-ci doit garder son libre arbitre. Il faut aussi faire attention non plus à ne pas casser le jeu, ni le dénaturer. Il y a forcément des circonstances où la vidéo pourra apporter un plus. Par exemple si un but marqué est entaché d’une faute. Ou si une faute est commise à proximité de la surface de réparation pour savoir s’il y a penalty ou pas. Pour un carton rouge peut-être aussi, mais s’il faut attendre deux ou trois minutes pour que l’arbitre vidéo puisse communiquer à l’arbitre central qu’un joueur mérite d’être exclu, c’est un danger.

En revanche, si le ballon est arrêté et si l’arbitre donne un carton jaune au lieu d’un rouge, l’arbitre vidéo peut corriger en direct l’erreur d’appréciation de l’arbitre. Là aussi, c’est une bonne chose. Dans certaines circonstances, l’arbitrage vidéo apportera la sérénité que les arbitres aimeraient avoir dans certaines circonstances.

« Je suis dubitatif pour les penalties »

Je suis un peu dubitatif pour ce qui concerne le penalty car c’est souvent une question d’interprétation. Regardez les fautes de main : iy a 50% des arbitres qui vous diront qu’elle est intentionnelle et les 50 autres qui vous diront l’inverse. Il faut être très prudent.

L’aide vidéo est une avancée qui est inéluctable. Moi, je n’avais pas les oreillettes, le bip, la goal-line technology… Tout ça amène plus sérénité. L’arbitrage est une activité humaine. Il ne faut pas que l’arbitre prenne prétexte de la vidéo pour ne pas exprimer ce qu’il ressent sur le terrain. C’est fondamental. »