RMC Sport

Samir Nasri explique pourquoi il a décidé d’arrêter le football

A seulement 34 ans, Samir Nasri a pris la décision de mettre un terme à sa carrière. Dans les colonnes du JDD, l’ancien meneur de l’OM devenu consultant pour Canal+ revient sur sa fin de carrière et évoque la seul club qui aurait pu le convaincre de revenir en France.

Clap de fin pour Samir Nasri. Disparu des radars depuis de longs mois, le milieu de terrain offensif de 34 ans ne devrait pas poursuivre sa carrière professionnelle. Celui qu’on avait laissé à Anderlecht, club avec lequel il n’a disputé que sept matchs en Jupiler Pro League, est de retour sur le devant de la scène, mais dans un rôle de consultant pour Canal+. Une nouvelle aventure après une carrière qui l’a vu jouer dans sept clubs de l’OM, le club de sa ville et de son coeur, à Anderlecht en passant par Arsenal, Manchester City, le FC Séville, Antalyaspor et West Ham.

"Un épisode m’a fait très mal et a changé ma relation au foot : ma suspension, explique-t-il ce dimanche au JJD. Pour rappel, Samir Nasri a été suspendu 18 mois par l’UEFA en février 2018 pour infraction aux règles de l’antidopage. "J’ai trouvé ça plus qu’injuste, je n’avais pris aucun produit dopant. C’était juste une injection de vitamines parce que j’étais malade. Ça m’a coupé dans mon élan."

"Je ne me voyais pas revenir en France si ce n’était pas l’OM"

Et l'international français (41 sélections) de poursuivre : "Je suis revenu à West Ham, à Londres, avec un entraîneur que je connaissais (Manuel Pellegrini) : c’était parfait. Mais je me suis blessé trois fois d’affilée. Là, Vincent Kompany m’a appelé pour venir à Anderlecht. Il y avait un côté affectif, mais également l’idée d’être joueur et aussi un peu dans le staff. Comme j’aimerais entraîner, je m’étais dit que j’apprendrais avec lui. Ça ne s’est pas passé comme prévu. Puis le championnat a été arrêté à cause du Covid."


Malgré son jeune âge, l’ancien minot a donc décidé de dire stop. "Après, je n’avais plus forcément envie, conclut Nasri. Aucun challenge ne m’a botté. Et je ne me voyais pas revenir en France si ce n’était pas l’OM."

ABr