RMC Sport

Aulas : "Il faut un Big Four à la Française"

-

- - AFP

Invité exceptionnel de Luis Attaque ce lundi, Jean-Michel Aulas est revenu sur sa sortie polémique sur le PSG, qu’il a qualifié de « champion du Qatar », en marge du succès de l’OL sur le Gazélec Ajaccio en championnat. Inquiet pour le niveau de la Ligue 1, le président de l’Olympique Lyonnais appelle de ses vœux l’émergence d’un Big Four dans le championnat de France.

Sa sortie n’a pas tardé à faire du bruit et, bien évidemment, le buzz. Alors qu’il savourait le succès de son équipe sur le Gazélec Ajaccio (2-1) et la perspective de disputer une véritable finale pour la 2e place face à l’AS Monaco le week-end prochain, Jean-Michel Aulas avait lancé un petit tacle au PSG, le qualifiant de "champion du Qatar" et faisait du choc entre l’OL et l’ASM, la finale pour le titre de champion de France. Invité ce lundi de Luis Attaque, le président rhodanien est revenu sur ses propos et a fait part de son inquiétude sur le niveau de la Ligue 1… sans oublier d’évoquer le prochain mercato et la situation de certains de ses joueurs.

Le PSG ? "C’était du Jean-Michel Aulas" 

"Le contexte était un contexte convivial, tout le monde imaginait que ça allait être une finale (Lyon-Monaco, samedi soir). J’ai simplement voulu montrer que le PSG est tellement supérieur à ses autres candidats, que ce match serait une finale pour le reste du championnat. Dans toute boutade, il y a toujours un bon côté. C’est du Jean-Michel Aulas. Je donne la possibilité à l’équipe de se cacher derrière une déclaration. C’était une technique pour mettre en valeur un grand match."

"Pas possible de voir émerger de Leicester français"

"Quand on imagine que je dis cette chose-là, c’est aussi pour montrer qu’il y a un problème dans le championnat français. Si le champion termine avec 30 points d’avance tous les ans, c’est qu’il y a un problème. Il n’est pas possible de voir émerger de Leicester français. On est dans l’étape d’avant. Maintenant il va y avoir 2,3 milliards de droits TV en Angleterre par saison. Mais avant, il y avait quatre clubs et les autres. Les Anglais ont fait en sorte que chaque club touche, au minimum, trois fois le montant qui est versé au champion français. Vous donnez ainsi la possibilité à tout le monde de construire une grande équipe. Il faut créer un Big Four à la française."

Une Ligue 1 en manque de compétitivité

"Quand le Qatar Tourism Investment donne 150 millions d’euros au PSG, il y a 150 millions d’écart avec les autres clubs. Dans quatre ans, quand la LFP aura travaillé, et tenté d’avoir des droits TV de l’ordre de deux milliards également (780 millions pour la Ligue 1 environ), les choses changeront. Quand il était en concurrence sur un certain nombre de joueurs, Leicester avait la possibilité d’aligner quelques dizaines de millions, et la masse salariale était également extensible. Mis à part Chelsea, qui était mal parti cette saison, il n’y a pas autant de différence de niveau en Angleterre. Si on veut bien vendre notre championnat partout, il faut qu’il y ait de la compétitivité en Ligue 1."

Une chance de revoir Valbuena

"On est très prudents avec Mathieu Valbuena, il repasse des examens mercredi, il va passer une échographie dynamique. Il y a une chance qu’il ne soit pas forfait jusqu’au bout de la saison. J’ai eu le coach en ligne, il a envie de l’avoir pour les deux derniers matchs."

Garder Lacazette et Fekir

"J’aimerais garder Alexandre Lacazette. J’ai rencontré le président du Barça il n’y a pas si longtemps, il ne m’a pas parlé d’Alex. Nabil ? (rires). Et Samuel ? Maybe (peut-être en français, ndlr). Sur le plan de l’état d’esprit et de la qualité intrinsèque, beaucoup de clubs étrangers s’intéressent à Samuel. Nabil, il faut qu’il se refasse une santé et qu’il reste à Lyon. J’aimerais beaucoup qu’il joue face à Monaco. Sept mois d’absence c’est long. On l’attend, le public aussi, mais il faut aussi qu’il se sente de jouer, ce qui n’était pas forcément le cas dernièrement."

"Umtiti mérite d’être à l’Euro"

"Samuel (Umtiti, ndlr) mérite certainement d’être à l’Euro en France. Il a toujours refusé le Cameroun, alors qu’il pouvait faire ce choix. Il mérite de joueur en équipe de France, même si je ne suis ni sélectionneur, ni président de la Fédération. Mon coeur est auprès de mes joueurs, et mes joueurs sont auprès de l’Equipe de France. J’ai fait toutes les compétitions depuis 20 ans, et j’ai envie de voir des Lyonnais à notre Euro."

DC