RMC Sport

Cris racistes: Un rapport fédéral pointe du doigt la "provocation" de Kean

Des inspecteurs fédéraux ont rendu un rapport, que s’est procuré la Gazzetta dello Sport, sur les cris racistes émis par des supporters de Cagliari contre Blaise Matuidi et Moise Kean mardi en Serie A. Selon eux, les insultes n’ont débuté qu’en réaction à une "provocation" de l’attaquant de la Juventus.

La polémique enfle après les cris racistes émis par des supporters de Cagliari contre Blaise Matuidi et Moise Kean, mardi lors de la rencontre contre la Juventus. Alors que Leonardo Bonucci a rejeté une partie de la faute sur son jeune équipier, Moise Kean, à qui il reproche sa célébration après son but, le rapport de l’incident sème un peu plus le trouble et semble minimiser les agissements des fans de la Curva Nord.

La version contestée du rapport

Selon ce document signé par trois inspecteurs de la Fédération italienne, les fauteurs de trouble n’étaient pas nombreux et auraient seulement réagi à un geste provocateur, selon la Gazzetta dello Sport qui en fait la synthèse. 

Un inspecteur situé à proximité de la tribune incriminée assure qu’aucun cri raciste n’a été émis avant le but de Moise Kean. Une version très contestée puisque de nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent l’existence des agissements de certains spectateurs avant le but. A moins que l’inspecteur ne les ait pas entendus. Selon le rapport, les insultes racistes n’arrivent qu’après le but et ne sont qu’une "réaction" à la célébration "provocatrice" de l’attaquant de la Juventus. 

Simple amende pour Cagliari?

L’inspecteur a dénombré entre "40 et 50 individus" commettant des cris de singe. Un nombre trop petit, selon lui, pour se rendre compte de "la vraie dimension et la perception du phénomène". Les cris sont pourtant aisément audibles et cela n’a pas échappé Blaise Matuidi, qui a même alerté l’arbitre de la rencontre sur leur existence. Selon la Gazzetta, ce rapport léger pourrait pousser la commission de discipline à n’infliger qu’une amende à Cagliari. La polémique autour de cette affaire nauséabonde semble encore bien loin de se calmer. 

Nicolas Couet