RMC Sport

Serie A: deux matches à huis clos pour l'Inter après les cris racistes contre Koulibaly

L'Inter Milan a été sanctionnée par la Ligue italienne après les cris racistes qui ont visé Kalidou Koulibaly lors de la victoire du club nerazzurri contre Naples (1-0). L'Inter devra disputer deux matchs à domicile à huis clos.

La sanction est tombée. Au lendemain des cris racistes proférés à l'encontre du défenseur sénégalais Kalidou Koulibaly lors de la victoire de l'Inter Milan contre Naples (1-0), l'instance disciplinaire de la Ligue italienne de football a pris des mesures envers le club nerrazzuri. L'Inter devra disputer deux matches à huis clos à Giuseppe Meazza.

Lors de ce match, Koulibaly a été la cible de cris de singe à plusieurs reprises, notamment au moment de son expulsion pour un deuxième carton jaune à la 81e. L'Inter a également été sanctionnée d'un huis clos partiel concernant seulement "le deuxième anneau vert", c'est-à-dire le Virage Nord, où sont installés ses principaux groupes de supporters.

Koulibaly suspendu deux matchs

Dans son communiqué, l'instance disciplinaire de la Ligue mentionne des "chants offensants à caractère raciste envers Kalidou Koulibaly", mais aussi des "chants insultants à caractère territorial" à l'encontre des supporters napolitains. Le même communiqué précise que Koulibaly sera lui-même suspendu deux matchs après son expulsion.

Sa première journée de suspension est liée à une accumulation de cartons jaunes. La deuxième est justifiée par la Ligue par "les applaudissements ironiques adressés au directeur de jeu". Koulibaly a été renvoyé aux vestiaires pour deux cartons jaunes reçus coup sur coup.

Avant la rencontre, de graves incidents ont par ailleurs eu lieu en dehors du stade, provoquant la mort d'un supporter de l'Inter de 35 ans qui a été renversé par un véhicule en marge d'une attaque menée par une centaine d'ultras contre des minibus transportant des tifosi napolitains. Selon le préfet de police de Milan, Marcello Cardona, des dizaines d'ultras de l'Inter, mais aussi de Varese et de Nice, ont participé à cette attaque "ignoble" dans laquelle quatre supporters de Naples ont été blessés.

RR avec AFP