RMC Sport

Serie A: l’Inter fait une belle opération en lâchant la Juve

Emmené par un excellent Nicolo Barella, et un Romelu Lukaku toujours aussi actif, l'Inter Milan a battu ce dimanche soir la Juventus dans le derby d'Italie (2-0). La Vieille Dame commence à être sérieusement distancée au classement de la Serie A.

Le championnat est encore long, mais la Juventus a fait ce dimanche soir une bien mauvaise opération dans la course au Scudetto en Serie A. Une dizaine de jours après s'être relancée en allant gagner sur le terrain de l'AC Milan (3-1), la Vieille Dame a cette fois loupé son déplacement à San Siro, battue par l'autre occupant des lieux, l'Inter (2-0).

Alors que Milan se déplacera lundi soir à Cagliari, la Juve - désormais 5e - pourrait donc se retrouver à la fin de cette 18e journée avec dix points de moins que les Rossoneri, en plus des sept de retard sur les Intéristes. Qui, vu ce qu'ils ont montré dans ce derby d'Italie, sont de très, très sérieux candidats au titre.

Barella resplendissant, Vidal punit son ex

Car l'Inter, ce dimanche soir, n'a pas volé sa victoire. Loin de là. Ultra-dominateur en milieu de terrain, avec un superbe Nicolo Barella à la baguette (une passe, un but), le club lombard a logiquement ouvert la marque dans le premier quart d'heure grâce à une tête d'Arturo Vidal (1-0, 13e). Un ancien de la Juve, forcément.

De quoi piquer la machine Cristiano Ronaldo et ses camarades? Même pas. Le quintuple Ballon d'or, qui s'est logiquement vu refuser un but pour une position de hors-jeu, a été sevré de ballons, et n'a jamais réussi à faire la différence dans le camp milanais. Alors que dans le sens inverse, l'Inter aurait pu creuser l'écart avant même la pause, si Lautaro Martinez n'avait pas gâché deux vraies occasions, manquant notamment le cadre après une frappe de Romelu Lukaku repoussée par Wojciech Szczesny (24e).

C'est finalement au retour des vestiaires que l'Inter a plié l'affaire. Magnifiquement trouvé dans la profondeur par Alessandro Bastoni, Barella a semé les tanks Chiellini et Bonucci pour aller inscrire avec sang-froid le deuxième but de la soirée (2-0, 52e), verrouiller la victoire des siens et, une fois n'est pas coutume, faire apparaitre un sourire resplendissant sur le visage d'Antonio Conte. Il y a de quoi.

CC