RMC Sport

Un groupe Facebook à la gloire de Sarri ferme après sa signature à la Juventus

Maurizio Sarri

Maurizio Sarri - AFP

Un groupe Facebook à la gloire de Maurizio Sarri, regroupant plus de 100.000 fans, a décidé de se dissoudre après la signature de l'entraîneur italien à la Juventus. "L’entraîneur a pris le dessus sur l’homme", écrivent les ex-amoureux de l’entraîneur italien.

La signature de Maurizio Sarri à la Juventus n’a pas seulement suscité du dégoût à Naples, son ancien club. Un groupe Facebook nommé "Le ‘Sarrisme’, joie et révolution" et regroupant les amoureux de cet entraîneur perçu comme anti-système a en effet décidé de se dissoudre après le choix du technicien de rejoindre la puissante Juve symbole du capitalisme et de l’ultra-libéralisme en Italie. Le groupe a publié un long communiqué pour expliquer ce choix à ses 100.000 fans. 

"C’est le communiqué final du Comité central, qui doit désormais être considéré comme dissous. ‘Le Sarrisme, joie et révolution’ s’arrête à la gare de Bakou (où s’est disputée la finale de Ligue Europa, remportée par Chelsea face à Arsenal le 29 mai, ndlr), au premier trophée remporté par Maurizio Sarri, qui se poursuivra désormais seul. (…) L’entraîneur a eu raison de l’homme, il a tué le commandant."

"Il a non seulement accepté le système, il s’est marié avec"

"Le doute demeure, évidemment, que Sarri était un personnage anti-système parce que le système ne l’a pas accepté, pas parce qu’il n’a pas accepté le système. Dès qu'il en a eu l'occasion, il l'a non seulement accepté: il s’est marié avec. Il a brisé le mythe avec une épingle ou plutôt avec une cigarette allumée. Peut-être que le mythe était devenu plus grand que lui, trop volumineux, trop volumineux loin du terrain."

Après avoir écumé de nombreux clubs italiens pendant près de 30 ans, Sarri disposait d’une image un peu anachronique dans le monde du football avec une philosophie de jeu offensive (mais sans titre) et un style vieille-garde incarné par sa consommation excessive de tabac. La cote de sympathie de l’entraîneur a explosé à Naples qu’il a failli mener au titre en 2018. Il a finalement quitté l’Italie pour rejoindre Chelsea à 59 ans avant d’être nommé sur le banc de la Juventus comme successeur de Massimiliano Allegri. 

NC