RMC Sport

Standard-Charleroi: un homme mis en examen pour tentative d'homicide après les "scènes de guerre"

Un match entre le Standard de Liège et Charleroi, le 3 mars 2020

Un match entre le Standard de Liège et Charleroi, le 3 mars 2020 - Belga / Icon Sport

Un homme "a été mis en examen pour tentative d'homicide et incendie criminel" ce lundi, a indiqué la Fédération belge de football, alors que des incidents ont éclaté dans le championnat ce week-end lors de deux matchs différents. Des événements très graves qui sont allés jusqu'à provoquer l'ire du ministère de l'Intérieur.

Les violents incidents, survenus dimanche lors des matches du championnat de Belgique de football Beerschot-Antwerp et Standard de Liège-Charleroi, ont été qualifiés lundi de "scènes de guerre" par la Fédération belge de football et "d'hallucinants" par la ministre de l'Intérieur.

"Les images sont choquantes"

"Des hommes cagoulés sont entrés sur le terrain. Ce sont des scènes de guerre et les images sont choquantes, avec pour conséquence qu'un match (Standard-Charleroi) n'a pas pu être joué jusqu'à son terme", a regretté la Fédération (RBFA) dans un communiqué.

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a, de son côté, pointé des "évènements hallucinants au cours desquels le comportement de certains supporters a mis la sécurité de beaucoup en danger". Dimanche soir, la rencontre opposant le Standard à Charleroi a été arrêtée à la 88e minute, à la suite de jets de nombreux fumigènes depuis les tribunes et d'un envahissement de terrain par quelques dizaines de fans liégeois.

Un homme mis en examen pour tentative d'homicide

Plus tôt dans la journée de dimanche, lors du derby d'Anvers entre le Beerschot et l'Antwerp, un supporter du Beerschot avait traversé le terrain pour aller lancer un fumigène dans une tribune occupée par des fans locaux. Ce dernier "a été mis en examen pour tentative d'homicide et incendie criminel", a précisé la Fédération.

"Un feu de Bengale atteint des températures allant de 1.500 à 2.000 degrés et provoque des brûlures irréparables. Les pétards éclatent à hauteur de 150 décibels et peuvent endommager l'ouïe de façon irrémédiable", a expliqué la RBFA, qui enjoint les clubs de "mettre en œuvre une politique de tolérance zéro à l'égard de l'utilisation d'engins pyrotechniques".

DM avec AFP