RMC Sport

Le foot belge sous le choc après les graves incidents lors de Standard de Liège-Charleroi

Les fans du Standard de Liège

Les fans du Standard de Liège - ICON Sport

Comme en Ligue 1, la Jupiler Pro League est frappé par des graves débordements avec les supporters. Dimanche, le derby wallon comptant pour la 17eme journée opposant le Standard de Liège au Sporting Charleroi a été définitivement arrêté à la 88e minutes...

La violence dans les stades n’est pas un fléau propre au football français. En Belgique aussi, les débordements et la colère des fans gâchent les rencontres de la Jupiler Pro League. Dimanche soir, c’est le derby wallon qui a viré au chaos. Le match de la 17e journée du championnat entre le Standard de Liège et Charleroi a été définitivement arrêté à la 88e minute à la suite de jets de fumigènes et un envahissement de terrain des fans liégeois.

Koffi, gardien de Charleroi : "J'ai eu un peu peur"

Alors que Charleroi menait 3-0, l'arbitre a renvoyé les joueurs aux vestiaires tandis que plusieurs supporters locaux étaient rentrés sur le terrain en face de la tribune occupée par les fans "carolos", forçant plusieurs dizaines de policiers à intervenir. La rencontre avait déjà été temporairement interrompue peu après l'heure de jeu après des premiers jets d'engins pyrotechniques en direction des joueurs, les supporters "Rouches" n'hésitant pas à viser leur propre gardien de but, Arnaud Bodart. "J’ai eu un peu peur", a reconnu Hervé Koffi, le gardien de Charleroi au micro de Eleven Sports.

"Une honte totale"

"Le derby de la honte" titrait ce lundi matin lé média belge Le Soir. La Dernière Heure évoquait "une honte totale" tandis que De Standaard n’hésitait pas à parler de "week-end noir pour le football belge." D'après plusieurs médias locaux, les affrontements ne se sont pas limités au stade. Selon la DH, après l'arrêt de la rencontre, quelques centaines de supporters se sont rendus à l'entrée de la tribune principale, où se trouvaient les dirigeants liégeois. Ils ont lancé tous les objets qu'ils avaient à leur disposition (drapeaux, barrières,...) sur les policiers et stewards présents. Les policiers ont alors répondu avec des gaz lacrymogènes.

Le Standard a déjà pris des mesures

Le Standard, qui risque de lourdes sanctions, connaît depuis plusieurs semaines une crise sportive et financière. Il a déploré et condamné ces débordements dans un communiqué et acté déjà plusieurs mesures comme la fermture de certaines parties de tribunes de son stade ou "l’arrêt de la vente de tickets" pour les matches à domicile. "Si nous comprenons très bien qu’il existe un mécontentement de nos supporters par rapport à la situation sportive actuelle, nous ne pouvons tolérer qu’une minorité dépasse largement les bornes et commette des actes illégaux dans l’enceinte ou autour de notre stade comme cela est arrivé hier soir, mettant ainsi en danger l’intégrité physique d’autres personnes." De son côté, le Ligue professionnelle a condamné "fermement" ces incidents, évoquant dans un communiqué transmis à l'AFP "des comportements inacceptables voire criminels".

Des incidents aussi entre Beerschot et l'Antwerp

Le club liégeois, traditionnellement l'un des cadors de la Pro League, n'occupe que la 13e place du classement tandis que Charleroi pointe en quatrième position d'un championnat actuellement dominé par l'Union Saint-Gilloise, promue en D1 cette saison. Plus tôt dans la journée de dimanche, un autre match avait lui aussi été émaillé d'incidents entre supporters. Lors du derby d'Anvers entre le Beerschot et l'Antwerp, un supporter de l'Antwerp avait traversé le terrain pour aller lancer un fumigène dans une tribune occupée par des fans locaux.

ABr avec AFP