RMC Sport

Tentation de discrimination raciste à la FFF ?

-

- - -

Selon une enquête du site d’investigation Mediapart.fr, des dirigeants de la Fédération française de football, dont Laurent Blanc, se seraient prononcés en faveur de « quotas » visant à limiter le nombre de joueurs d’origine nord-africaine et subsaharienne dans les centres de formation et les écoles de football de l’Hexagone.

Si elle se vérifie, l’information devrait déclencher un énorme scandale. Selon le site d’investigation Mediapart, « plusieurs dirigeants de la Fédération française de football, dont le sélectionneur des Bleus en personne, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret fin 2010, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays ».
Le site poursuit : « L’objectif avoué au sein de la DTN (la direction technique nationale, ndlr), mais inavouable au grand public, est de limiter, en les triant dès l’âge de 12-13 ans, le nombre de joueurs français de type africains et nord-africains. Une authentique ségrégation appliquée au football. » Le chiffre de « 30% » aurait même été avancé lors d’une réunion, en novembre 2010, par celui qui était alors le DTN par intérim, aujourd’hui DTN attitré, François Blaquart. Les dirigeants déploreraient le nombre trop important de binationaux formés en France et qui choisissent ensuite de jouer pour un autre pays, ainsi que le style de jeu développé en France ces dernières années. Mediapart.fr résume : « En un mot, il y a trop de grands noirs athlétiques et pas assez de petits blancs qui ont l’intelligence du jeu dans le football français. » Avant de conclure que le site « maintient l’intégralité de ses informations et l’exactitude des propos rapportés. » Preuve de la gravité de la situation, l'article de Mediapart a été ajouté à l'ordre du jour du conseil fédéral de la FFF prévu vendredi matin et à l’issue duquel François Blaquart a prévu de s’expliquer.

RMC Sport déclenche ce soir sa propre enquête sur le sujet et va interroger dans les heures qui viennent les différents protagonistes de ce dossier. Sur RMC, les réactions à chaud et sur notre site, le suivi minute par minute de l’évolution des informations pour que chacun puisse s’exprimer. Première d’entre elles, celle de l’ancien directeur de l’INF Clairefontaine, André Merelle qui confirme que la DTN a employé des méthodes suspectes pour diminuer le nombre de jeunes d'origine nord-africaine et subsaharienne dans les centres de formation et les écoles de football de l'Hexagone. « Oui, c’était sous la direction de Gérard Houllier. Il n’y avait pas de quotas à proprement parler, mais des réflexions sur le nombre de black et de beurs. Selon eux dont François Blaquart, il y en avait un trop grand nombre. Moi je ne comprenais pas pourquoi il y en avait trop par rapport à nos pauvres petits blancs. Mais il faut se rendre à l’évidence, les meilleurs étaient ceux qui étaient en banlieue ».

Duchaussoy surpris, Blanc indigné

Une position que ne reconnait à l’évidence pas Fernand Duchaussoy, le président de la FFF : « Je suis surpris de cette information. Il faut demander à François Blaquart (DTN, ndlr). Il y a eu une intervention la semaine dernière du conseil fédéral et il n’y a jamais été question de cela. Cela me choque. » Même surprise de la part d’Henri Emile, coordinateur de l’équipe de France dont le sélectionneur actuel est directement mis en cause par Mediapart. « Laurent Blanc et l’ensemble des membres de la DTN peuvent être choqués par des jeunes internationaux qui vont ensuite dans un pays étranger, mais il n’y a jamais eu de réflexion négative avec des quotas. C’est impensable. » Blanc a tenu à exprimer son « indignation » par le biais de l’attaché de presse des Bleus. « Il m’a demandé de démentir catégoriquement qu’on puisse penser qu’il ait cautionné une quelconque sélection au regard de l’appartenance à une couleur de peau ou à une race, d’autant qu’il se revendique philosophiquement opposé à toute forme de discrimination. »

RMC Sport