RMC Sport

Thiriez : « Pas question d’autoriser cela en France »

Frédéric Thiriez

Frédéric Thiriez - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Exclu RMC Sport. Le président de la Ligue de football professionnel, Frédéric Thiriez, affiche fermement son désaccord avec la Fifa au sujet de l’autorisation du port du voile dans les règles du football.

Frédéric Thiriez, le port du voile ou du turban a été officiellement intégré dans les règles du football. Quelle est votre réaction ?

Je suis choqué et inquiet. Comme je l’ai écrit il y a 18 mois, c’est contraire aux textes fondamentaux qui régissent le sport, qu’ils s’agissent des lois Fifa ou de la charte olympique qui interdisent sur le terrain toute manifestation ou tout signe à caractère politique ou religieux. C’est contraire à l’esprit du sport. Préservons le sport des querelles politiques et religieuses, la non-discrimination et la dignité de la femme. Cette décision me paraît être une grave entorse à ces principes. Je la regrette fondamentalement. Je suis inquiet pour l’avenir. En autorisant ainsi le voile sur les terrains de football, la Fifa abandonne le rêve d’un football universel préservé des querelles religieuses et politiques mais elle ouvre surtout la porte au communautarisme de tout poil.

En tant que président de la LFP, avez-vous été consulté par la Fifa ?

Elle connait mon avis. Je l’ai écrit il y a 18 mois dans un grand quotidien français. Je l’ai réécrit dans un livre. La Fédération française de football et moi sommes sur la même ligne. Il n’est pas question d’autoriser cela en France. Mais ce que je regrette, c’est que la Fifa l’ait autorisé sur le plan international. C’est un terrible désaveu pour tous ceux qui se battent depuis des années pour la dignité de la femme dans le sport.

N'y a-t-il pas un risque que cette autorisation relance le débat sur ce sujet ?

Les mauvaises langues disent que cette décision a été prise sous l’influence de grands pays du Moyen-Orient. Je ne fais pas de procès d’intention. Je respecte la Fifa. Les partisans de cette mesure ont des arguments. Je les entends. Ils nous disent que si on n’autorise pas les jeunes filles à jouer voilées, elles ne joueront pas au football. On peut ne pas se plier à cet asservissement de la femme. Au nom de quoi ces jeunes filles devraient-elles se plier à cette pression qui pèse sur elles ?

A lire aussi :

Le Graët : « Ça ne change rien »

La FFF maintient l’interdiction du voile

La Fifa autorise le voile en football

Propos recueillis par Antoine Arlot