RMC Sport

Mercato: Angers reconnaît que ce sera "compliqué de retenir" Reine-Adélaïde

Buteur lors de la victoire d’Angers contre Bordeaux (3-1) lors de la première journée de Ligue 1, samedi, Jeff Reine-Adélaïde suscite beaucoup d’intérêt en Europe. Au micro de RMC, le directeur sportif du SCO, Olivier Pickeu, a confirmé l’existence de plusieurs grosses offres pour l’international Espoirs tricolore.

Précieux dans l’entrejeu d’Angers depuis le mois de janvier, Jeff Reine-Adélaïde a encore brillé ce samedi lors de la victoire du SCO contre Bordeaux lors de la première journée de Ligue 1 contre Bordeaux (3-1). Buteur face aux Girondins, le milieu de 21 ans a débuté la saison sur un rythme effréné. Véritable dynamiteur de la dalle angevine, l’ancien d’Arsenal suscite l’intérêt de nombreuses équipes en Europe.

Malgré la fermeture du mercato en Angleterre, son transfert pourrait rapporter plus d’une vingtaine de millions d’euros au club du président Saïd Chabane. "Il vient de faire un match de très haut niveau. Ce n’est pas une surprise. Effectivement, beaucoup de clubs sont intéressés par Jeff Reine-Adélaïde mais il n’y a pas d’accord, a confirmé Olivier Pickeu au micro de l’After Foot. Des propositions sont arrivées, avec des montants très importants, mais pour réussir à finaliser le deal il faut que tout soit aligné. Le joueur doit avoir envie d’aller dans un nouveau club et que les montants soient respectés."

"Mon envie est qu’il reste avec nous"

Si une offre impossible à refuser venait à être formulée, le SCO l’étudiera avec attention. Mais le directeur sportif angevin a confirmé que la priorité restait de trouver la meilleure solution pour Jeff Reine-Adélaïde et pour le club. "Mon envie est qu’il reste avec nous. Mais c’est compliqué. Il a pris une telle dimension que ça va être compliqué de le retenir. Aucun accord n’a été trouvé pour l’instant, a martelé le dirigeant. Ce samedi il y avait encore de grosses cylindrées présentes dans les tribunes et il a démontré sa qualité. Il a pris une nouvelle dimension et ce n’est encore que le début. Je pense sincèrement qu’une année supplémentaire serait la meilleure solution."

Jean-Guy Lebreton