RMC Sport

Mercato : Ben Arfa pas conservé à Bordeaux

Arrivé libre en octobre dernier à Bordeaux, Hatem Ben Arfa va quitter les Girondins après une aventure contrasté. Alors qu'il avait paraphé un contrat d'un an assorti d'une autre année en option, celle-ci ne devrait pas être déclenchée car "les critères n'ont pas été atteints", a confié le directeur sportif bordelais, Alain Roche, dans une interview à Sud-Ouest.

Un an et puis s'en va. Débarqué à Bordeaux librement dans les toutes dernières heures du mercato estival, Hatem Ben Arfa va déjà tourner la page cet été. À 34 ans, l'attaquant avait paraphé un contrat d'un an assorti d'une autre année en option avec les Girondins.

Seulement, cette année optionnelle était "conditionnée à plusieurs critères qui n'ont pas été atteint", confie le directeur sportif bordelais, Alain Roche, dans un entretien accordé à Sud-Ouest.

Décisif dans les premières semaines qui ont suivi son arrivée, Hatem Ben Arfa a été freiné sur sa bonne dynamique après son retour de blessure fin janvier. L'attaquant a ensuite eu du mal à reprendre de l'allant, se montrant beaucoup moins incisif.

Des performances moins tranchantes qui ont conduit Jean-Louis Gasset à progressivement diminuer le temps de jeu de l'ancien pensionnaire du PSG, également passé par l'OL, l'OM ou l'OGC Nice.

Plusieurs candidats à la reprise des Girondins

Toujours dans le flou avec les grosses difficultés économiques du club, Bordeaux a vu plusieurs dossiers officiellement présentés à la banque Rothschild avant la date-limite fixée à lundi pour la reprise du club.

Plusieurs candidats se dégagent. Parmi eux, l’homme d’affaires girondin Pascal Rigo - qui a fait fortune aux Etats-Unis en créant des boulangeries à la française - a officiellement déposé un dossier.

Il est notamment accompagné de l’ancien président du club Stéphane Martin. Leurs fonds s’appuient sur des investisseurs locaux ainsi qu’un panel d’investisseurs étrangers dont quelques propriétaires de franchises de MLS aux Etats-Unis.

Didier Quillot, ancien directeur général de la LFP, s’est également positionné. Autre candidat, Bruno Fiévet a lui aussi déposé un dossier. Son projet reste bien plus flou notamment concernant sa surface financière. L’entrepreneur n’exclut pas de s’associer à d’autres plans.

Luca Demange