RMC Sport

Mercato: L'homme qui a révolutionné le système des transferts

Invité mercredi soir de l’After Foot, sur RMC, Romain Molina, auteur du livre "La Mano Negra", est revenu sur son ouvrage, qui évoque le monde des agents et le système des transferts. Et sur un homme en particulier, un Uruguayen appelé Juan Figer. A l’origine du système tel qu’on le connait.

Il mesure 1m65, aurait environ 77 ans aujourd’hui et serait en fin de vie. L’une de ses particularités, avoir été un champion d’échecs. Mais ce n’est pas la plus importante, pas celle qui a justifié sa présence dans le livre de Romain Molina, La Mano Negra, dans lequel l’auteur français revisite le monde des transferts et évoque notamment cet homme. Celui qui répond au nom de Juan Figer.

Cet homme a à son actif 1.000 transferts. Et pas des moindres. Invité mercredi soir pour évoquer son livre, Romain Molina a d’ailleurs ciblé le personnage comme étant celui "qui a inventé cette manière de faire du business". "Il s’est installé il y a 50 ans à Sao Paulo. Il s’est occupé de Maradona, Socrates et Klinsmann. Il récupérait des parts de revente des joueurs et aidait certains clubs financièrement.

"Rien ne se faisait en Amérique du Sud sans qu'il ne soit au courant"

Il a inventé la TPO (la tierce propriété), l’achat d’un tiers d’un joueur, mais il a également inventé la triangulation: il était actionnaire de l’Inter Milan, il s’occupait des matches amicaux des plus grands clubs, le Barça etc…, il gérait aussi les droits TV, les droits d’image. Il avait un empire incroyable. Tout passait par lui, rien ne se faisait en Amérique du Sud sans qu’il ne soit au courant."

Une position de force que Juan Figer a éprouvée jusque dans les plus hautes strates du football brésilien. Et notamment de l’équipe du Brésil, du temps où la Seleçao était dirigée par Wanderlei Luxemburgo. "Il sélectionnait les mecs que Figer voulait. Il les faisait jouer, de façon à ce qu’ils aient une ou deux sélections, raconte Molina. Et derrière, il les revendait." Avant Jorge Mendes ou encore Mino Raiola, considéré comme les rois du deal making, il y avait donc un cador supérieur, en la personne de Juan Figer.

Pour réécouter l'émission en podcast, c'est par ici.