RMC Sport

Nice: Saliba annonce qu'il vient "en tant que patron"

Prêté par Arsenal, William Saliba espère faire profiter Nice de son expérience du plus haut niveau. A seulement 19 ans, le défenseur central prêté par Arsenal ne manque pas d’ambition après des mois compliqués en Angleterre, où il n'a pas joué.

Il n’a plus de temps à perdre. Prometteur défenseur de l’AS Saint-Etienne, William Saliba avait été transféré à Arsenal à l’été 2019 – et prêté aussitôt pour un an au club forézien –, contre une somme alors record pour le club stéphanois, pour près de 30 millions d’euros. Mais depuis, rien ne s’est passé comme prévu. L’international français U20, dans une impasse en Angleterre, n’a jamais joué avec l’équipe première des Gunners, et a dû se contraindre à aller voir ailleurs. Prêté sans option d’achat à l’OGC Nice ce lundi, où il espère relancer sa jeune carrière, le joueur de 19 ans arrive plein d’ambitions sur la Côte d’Azur.

>> Les infos du mercato du vendredi 8 janvier en direct

Saliba veut "diriger la défense" niçoise

Titularisé d’entrée pour le premier match de l’année 2021 des Aiglons (défaite 2-0 à Brest), William Saliba sait qu’il sera rapidement attendu, tandis que Nice l’a recruté pour palier la longue absence sur blessure de son capitaine brésilien Dante. "C’est sûr que je suis un jeune joueur mais je peux déjà apporter ma jeune expérience, a assuré la nouvelle recrue du club azuréen en conférence de presse. J’ai joué en Ligue 1 et même si je suis jeune, je viens aussi en tant que patron. Je viens pour diriger la défense. Jeune ou pas, je compte tout donner et j’espère que l’on sera mieux en défense lors des matchs à venir."

La nouvelle recrue n’a également pas caché son amertume envers le club anglais qu’il retrouvera normalement à la fin de la saison, une fois son prêt en France terminé. "A Arsenal, je jouais avec les U23, où le rythme n’était quand même pas le même… Mais je m’entraînais à fond. (…) Mes six premiers mois ont été difficiles, confesse-t-il. Et après les premiers matchs amicaux que j’ai joués, où je manquais de rythme, le coach (Mikel Arteta) m’a dit que je n’étais pas prêt. J’aurais voulu avoir ma chance. Mais c’est le football, c’est comme ça. Et c’est derrière moi." William Saliba est désormais pleinement tourné vers sa nouvelle aventure française, où il devrait avoir davantage de confiance de la part d'Adrian Ursea, l’entraineur niçois.

Romain DAVEAU