RMC Sport

OM : Alessandrini se paye Bielsa et espère Antonetti

Romain Alessandrini (OM)

Romain Alessandrini (OM) - AFP

Avant Reims-OM ce dimanche, Romain Alessandrini a confié au JDD qu’il ne gardera pas un grand souvenir de Marcelo Bielsa et qu’il verrait bien Frédéric Antonetti prendre les rênes.

Marcelo Bielsa manquera-t-il à Romain Alessandrini ? Pas vraiment… Dans le JDD, au matin de Reims-OM, le milieu de terrain marseillais confie qu’il ne gardera pas un grand souvenir de l’entraîneur argentin. « On doit vite passer à autre chose, explique-t-il. Ce ne sera pas un problème pour moi, car Bielsa ne m'a pas marqué. Humainement, je n'en garderai pas un grand souvenir… »

Et l’ancien Rennais n’a pas apprécié les adieux de Marcelo Bielsa dimanche dernier à la Commanderie. « Il n'est pas resté longtemps, raconte le Marseillais. Il a simplement justifié son choix et remercié le staff et les joueurs. Mais il n'y avait aucune émotion. Il ne nous a même pas serré la main, alors que ses adjoints Diego Reyes et Pablo Quiroga l'ont fait. »

« Antonetti a les épaules »

« Je ne peux pas dire qu'il m'a fait progresser, poursuit Romain Alessandrini. Il n'a pas eu confiance en moi. En revanche, il a agi sur l'envie collective et nous a fait vivre de bons moments. » Le seul point positif. Pour la suite, s’il laisse une possibilité à Franck Passi (« Pourquoi pas ? Il a tout pour être notre coach, il nous connaît bien »), il mise surtout sur un autre candidat. « Il y a aussi mon ancien entraîneur à Rennes, Frédéric Antonetti, qui a les épaules pour entraîner ici, assure Alessandrini. Il a beaucoup de caractère et une large connaissance du foot. Lui m'a fait progresser. »

Alessandrini : "On se devait de faire plus, moi le premier"

Après la défaite de l’OM à Reims ce dimanche, Romain Alessandrini n’a pas fui ses responsabilités : oui l’équipe devait faire plus, et oui lui aussi aurait dû montrer un autre visage. « Une deuxième défaite d’affilée, c’est dur à encaisser. On va être dans le dur mais il ne va pas falloir lâcher, il va falloir faire plus, répète le milieu de terrain. On se doit de faire plus. On se devait de faire plus aujourd’hui, moi le premier. On va se poser les bonnes questions. C’était difficile de bien jouer ce soir. Pourtant, honnêtement, on avait envie. Mais il y a des soirs comme ça où rien ne va. Il va falloir se poser les bonnes questions, moi le premier, se remettre en question bosser et rester solidaire parce que ça ne va pas être facile. »