RMC Sport

Riolo : "Le mercato, la bonne ou la mauvaise impression…"

-

- - -

Retour sur la fin du mercato en Ligue 1, avec les arrivées de Mario Balotelli et Younes Belhanda à Nice, le départ de David Luiz du PSG ou encore le statu quo à l’OL.

Le mercato est donc terminé. Pendant qu’on retrouvait les Bleus de Deschamps (toujours aussi chiants et efficaces), chaque équipe de L1 a pu peaufiner son groupe.

C’est curieux, cette tendance à vouloir dire dès aujourd’hui qui a réussi ou raté son recrutement. C’est pas comme si chaque année, on ne voyait pas en France et ailleurs, des clubs, pleins de promesses estivales, se planter là où on aurait parié sur le succès.

Prenons le cas de Nice. C’est, en L1, le club qui a suscité le plus d’attention. Ça avait débuté avec un nouveau coach à belle réputation. Il devait bosser avec des jeunes et faire au moins aussi bien que Puel. Mais en fin d’été, il se retrouve à gérer les « paris » de son président. Avoir gagné un joli pot avec un Ben Arfa qui avait à peine une tête de main moyenne au poker, un petit AS/6, ça l’a transformé en « gambler ».

Cette fois, Rivère a doublé la mise avec un ticket Balotelli-Belhanda. Deux joueurs talentueux, mais qui ne sont plus dans le foot depuis un bon moment. Pour Balotelli, on peut valider sa saison 2013/14 à Milan. 14 buts en Série A, son record ! Et oui, on en parle beaucoup de ce joueur, c’est une star, mais quand on regarde de plus près sa carrière, on ne voit pas grand-chose. Selon moi, sa meilleure saison, c’est celle jouée avec City en 2011/12.

La même année, Belhanda était l’un des meilleurs joueurs de L1. Une saison pleine à Montpellier. Le 10 héraultais était alors un joueur plein de classe. Depuis ? Rien.

Comment peut-on donc dire que Nice a réussi son mercato ? Comment savoir ? La seule chose que l’on sait, c’est que Nice suscite la curiosité, un réel engouement, ça oui. Dans le foot moderne, ça à l’air de compter autant que ce qu’il se passe sur le terrain…

Avoir l’air ou pas, c’est donc la question. A ce jeu-là, Paris et l’OL ont raté leur mercato. Enfin, c’est ce qui se dit. Dans les deux cas, le révélateur sera la LDC. L’OL veut sortir des poules et le PSG aller plus loin que les quarts.

Pour la première fois depuis 2011, le PSG n’a pas fait venir de « stars ». Pour certains, c’est signe que le PSG n’attire plus. C’est toujours pareil, le foot est un sujet tellement débattu que tout le monde croit pouvoir avoir un avis qui compte. Paris a juste tenté autre chose et la recrue, c’est le coach. Le départ de David Luiz serait le signe d’un retrait du clinquant. Oui peut-être, et alors ? Sportivement et économiquement, son départ est plutôt une bonne chose. Paris a au moins trois solutions en défense centrale derrière Silva et Marquinhos. Certains disent que ce ne sont pas des « centraux » de métier. Mais David Luiz l’était-il vraiment ?

La réussite du mercato, celle d’Emery, on verra ça plus tard, au printemps. Attendre si longtemps paraît pour certains insupportable. L’époque est au procès permanent. A la réhabilitation festive.

La même équipe, le même coach, l’OL a quasiment la même tête que la saison dernière. Etre dans la zone LDC, c’est l’objectif premier. Ne pas finir à 30 points du leader, ça peut être bien aussi. Sortir du groupe de LDC, j’aimerais être convaincu que ce soit réellement un objectif. Parfois, je me demande si l’OL n’a pas adopté un mode de gestion « Wengerien ».

Et l’OM ? L’effectif semble supérieur à celui de la saison dernière, non ? L’effet Mc Court ? Déjà ? Comment savoir là encore, si ce groupe va donner une équipe compétitive.

En France, la tendance est aux joueurs en quête de rachat, de revanche. On aurait pu citer Menez. Après, ça marche ou pas…

Nice, le PSG, l’OL, l’OM… Entre l’impression initiale et la réalité, il y aura des différences… ou pas. Il faut toujours se méfier quand on veut avoir l’air. Parce que parfois, on peut aussi avoir l’air d’un con…

A lire aussi >> Balotelli : l’OL a-t-il tenté de le piquer à Nice ? Oui selon Rivère, non selon Aulas

A lire aussi >> Nice : comment Rivère a travaillé Raiola (et Favre) pour obtenir Balotelli

A lire aussi >> Nice, Ibrahimovic, les boites de nuit… le meilleur de la conférence de presse de Mario Balotelli

Daniel Riolo