RMC Sport

Une étude assure que Ronaldo gère parfaitement la pression, contrairement à Neymar

L’Université de Louvain (Belgique) et la société SciSports ont mené une étude sur la gestion de la pression par les meilleurs footballeurs. Et sans surprise, tous ne réagissent pas pareil quand le contexte se tend...

On dit souvent que les grands joueurs ont la capacité de répondre présent dans les grands matchs. L'Université catholique de Louvain, en collaboration avec la société SciSports, spécialisée dans l'intelligence statistique, a récemment mené une étude sur l'impact de la pression mentale sur les performances des plus grands footballeurs. Et l'on y constate que tous ne sont pas faits du même bois.

A partir d'une analyse de 7.000 matchs de sept compétitions différentes, l'étude a ainsi décrypté les prestations de joueurs donnés (distinguant leurs actions réussies de celles manquées) en fonction du contexte ambiant. Etait-ce la première période d'un simple match de championnat contre un relégable, autrement dit un match sans pression? Etait-ce au contraire une rencontre décisive de Ligue des champions à l'extérieur? "Nous avons développé un modèle qui estime automatiquement la pression mentale subie par le joueur en possession du ballon", explique le professeur Jesse Davis, du département des sciences informatiques.

Le robot CR7

Ce sont surtout les résultats qui nous intéressent. Dans un tableau récapitulatif, l'étude révèle ainsi que Sergio Agüero prend de meilleures décisions et a une exécution plus juste lorsque la pression est élevée, contrairement à Eden Hazard, qui lui aussi s'améliore dans l'exécution mais fait davantage de mauvais choix, ou Dele Alli, qui régresse dans les deux domaines lorsque la situation se tend.

Les résultats montrent en outre que si Neymar reste stable en terme de justesse d'exécution lorsque la pression augmente, le Brésilien du PSG, comme Hazard, perd en prise de décisions. Et Cristiano Ronaldo? Le quintuple Ballon d'or est capable de maintenir des performances égales dans tous les domaines, pression ou non.

"Le scénario idéal, pour un footballeur professionnel, est justement d’avoir un niveau de performance stable, quel que soit le degré de pression, explique Jan Van Haaren, chercheur pour SciSports. Nos analyses montrent par exemple que le Portugais Cristiano Ronaldo est indifférent à la pression: ses performances sont constantes. Au contraire, Neymar semble pour sa part s'étouffer sous l’effet du stress. Il prend de plus mauvaises décisions lorsque la pression est plus forte.”

CC