RMC Sport

Une plateforme de streaming fermée, cinq personnes arrêtées

Un site de streaming a été fermé

Un site de streaming a été fermé - ICON Sport

Une plateforme de streaming qui diffusait de très nombreux programmes sportifs en direct et en toute illégalité a été fermée après une plainte conjointe de RMC Sport, Canal+ et beIN Sports. Cinq personnes ont été arrêtées et seront prochainement jugées à Rennes.

Après une plainte conjointe déposée par RMC Sport (qui détient les droits de la Ligue des champions, Premier League et Jeep Elite notamment), le Groupe Canal+ et beIN SPORTS, une plateforme qui diffusait de très nombreux programmes et événements sportifs en direct, a été fermée. Les créateurs et administrateurs présumés de beinsport-streaming.com ont été interpellés en juin 2018 et seront jugés prochainement au Tribunal Correctionnel de Rennes. L’enquête préliminaire a été menée par le Groupe Cybercriminalité de la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale de Rennes.

>> Pour suivre la Ligue des champions et la Premier League, cliquez ici pour vous abonner aux offres RMC Sport

La plateforme, fermée par les autorités, proposait des sites pirates diffusant des événements en provenance des principaux diffuseurs du sport français en totale illégalité. Au cours de leurs 6 derniers mois d’activité, les sites de beinsport-streaming.com étaient visités par près de 500.000 internautes par mois. Les administrateurs se rémunéraient via l’affichage de bannières publicitaires.

Une importante somme d’argent a d’ailleurs été saisie. Parmi les infractions qui peuvent être retenues figurent le délit de contrefaçon en bande organisée, ainsi que celui de blanchiment aggravé. Les mis en cause encourent une peine de 10 ans d'emprisonnement et 750 000 euros d'amende.

"L’ALPA (Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle, qui a collaboré à la plainte déposée), beIN SPORTS, le Groupe Canal+ et RMC Sport saluent le travail effectué par le Groupe Cybercriminalité de la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale de Rennes, indique un communiqué. Le piratage des contenus sportifs est un fléau en pleine expansion et multiforme, qui impacte chaque jour davantage l’ensemble de l’écosystème sportif, du sport professionnel au sport amateur, ainsi que l’industrie des médias et de la télévision payante."