RMC Sport

Zahoui : « Prier pour que tout ça finisse »

-

- - -

Alors que les combats font rage à Abidjan, l’ancien attaquant de Nancy et Toulon et actuel sélectionneur de la sélection ivoirienne se terre dans sa maison en espérant que le calme revienne. Témoignage exclusif.

François Zahoui, quelle est la situation sur place ?

Depuis six jours, on reste à la maison, on essaie d’appeler la famille mais ça devient dur de trouver des cartes prépayées. S’alimenter est compliqué, on voit des avions, on entend des explosions et des tirs. Il faut attendre et prier, pour que tout finisse vite.

Le football a une portée immense en Côte d’Ivoire. Les joueurs peuvent-ils aujourd’hui faire passer un message pacifique ?

On s’est exprimé, on a fait un appel à la paix, mais la situation est si grave que les discours ne suffisent plus. Notre rôle est de rester unis, de donner du plaisir aux gens à travers le sport, pas de commenter l’actualité ni de se positionner dans l’un ou l’autre camp. L’équipe va au-delà des divergences politiques. Les jeunes s’identifient à la sélection et le seul message aujourd’hui, c’est celui du courage et de l’espoir.

En tant que sélectionneur, vous en êtes où aujourd’hui ?

Notre prochain match, c’est pour les éliminatoires de la CAN, le 3 juin, contre le Bénin. On a gagné l’aller sur terrain neutre, à Accra, au Ghana (NDLR : le 27 mars, victoire 2-1, doublé de Drogba). Mais, en ce moment, le foot est secondaire. Je ne suis pas sélectionneur, je suis un grand frère. Tous mes joueurs sont en Europe. Ils m’appellent pour prendre des nouvelles, je les rassure.

Recueilli par J.R.