RMC Sport

Ryder Cup: le héros Molinari, le fiasco Woods

D'un côté, la 42e édition de la Ryder Cup - remportée par l'Europe - a été marquée par le show Francesco Molinari, qui a établi un nouveau record en remportant ses cinq matchs. De l'autre côté, Tiger Woods a lui vécu un calvaire en repartant avec un zéro pointé.

Avant d’attaquer la 42e édition de la Ryder Cup, Francesco Molinari n'avait encore jamais connu le goût du succès lors de ses six précédents matchs dans la plus prestigieuse des compétitions de golf par équipes. Cela ne l’a pas empêché de se transformer ce week-end en héros de l’Europe, qui est parvenue à contenir la furia américaine lors de la dernière journée consacrée aux simples pour décrocher le Graal. Après avoir concédé quatre défaites et deux nuls lors de ses deux premières participations, en 2010 et 2012, l'Italien a réussi un retour éclatant.

Il a tout simplement signé un sans-faute: 5 victoires sur 5. Du jamais vu jusqu'alors pour un joueur du Vieux Continent. "Sincèrement je ne fais pas la différence entre gagner cinq matchs, seulement un seul ou bien tout perdre, cela ne signifie rien pour moi si vous ne ramenez pas le trophée à la maison", a-t-il assuré en conférence de presse, le drapeau italien sur les épaules. D'un tempérament très réservé, même lorsqu'il est devenu le premier Italien à décrocher un Majeur, au British Open en juillet, le discret Molinari, 35 ans, semble s'enflammer seulement en Ryder Cup.

Le Turinois a brillé sur un parcours de l'Albatros qu'il connaît très bien, puisqu'il a fini deuxième de l'Open de France en 2016. Non seulement en remportant tous ses matchs, mais en ramenant le point scellant la victoire des Européens contre la star Phil Mickelson. "La Macchina", comme il est surnommé, a montré une force implacable de vendredi à dimanche à Saint-Quentin-en-Yvelines. "There's only one Molinari", chantait à tue-tête le public en hommage à Molinari, qui aura donné une leçon de swing et confirmé ses progrès énormes au putt.

Le calvaire de Woods

Le week-end aura été bien plus compliqué pour Tiger Woods. Ce dimanche, celui qui n'avait pas participé à la compétition depuis l'édition 2012 s'est incliné en simple face à l'Espagnol Jon Rahm. Associé à Patrick Reed puis Bryson DeChambeau, l’Américain de 42 ans avait auparavant perdu ses trois doubles face à l'Anglais Tommy Fleetwood et l'Italien Francesco Molinari, vendredi et samedi. Il a paru exténué dès samedi matin sur le parcours de l'Albatros au Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines. "Je suis l'un des facteurs ayant contribué à notre défaite", a-t-il reconnu après ce zéro pointé.

"J’ai joué sept tournois en neuf semaines, ce n’était que des gros événements. Il y avait un Open un autre tournoi majeur et puis la Ryder Cup en toile de fond. C’est beaucoup de concentration, d’énergie. J’ai eu la chance d’en gagner un. Toutes ces choses-là me donnent une meilleure compréhension sur comment je dois m’entraîner pour la saison prochaine", a-t-il expliqué au micro de RMC Sport. L'adrénaline lâchée à Atlanta lors de sa victoire au Tour Championship, la veille de son arrivée à Paris, lui a sans doute été préjudiciable.

Précédé d'une frénésie et d'un enthousiasme quasi sans précédent pour une Ryder Cup, Woods n'a pu assumer cette attente.

RR avec SG, AR, JR (et AFP)