RMC Sport

Au PSG, handball et football, mêmes galères

Eliminé en quarts de finale de Ligue des champions, le PSG Hand n’ira pas à Cologne disputer le Final Four où il était présent depuis 2016. Un coup d’arrêt pour les handballeurs parisiens, après un changement d’entraîneur l’été dernier.

Comme en football, le PSG Hand a fait venir un nouveau technicien, Raul Gonzalez, pour gagner la Ligue des champions, son seul titre manquant. Il a pris la succession du mentor de Nikola Karabatic, Zvonimir Serdarusic. La premier année du technicien espagnol s’avère moins bonne que la dernière du coach yougoslave.

Pas de Final Four en Ligue des champions, une défaite en quarts de finale de Coupe de France contre Montpellier, seuls les trophées de Coupe de la Ligue et celui de champion de France, sauf catastrophe, viendront garnir l’armoire parisienne. Mais cet échec en coupe d'Europe va laisser des traces. Le match aller (24-34) et ce revers de 10 buts est le plus lourd échec du PSG Hand sous l’ère QSI. Le match retour (35-26) et cette presque remontada a failli être le plus grand exploit. Ce groupe parisien, constitué tel quel, vivait sa dernière chance de décrocher le Graal européen.

Du changement à venir

Le PSG 2019-2020 aura un nouveau visage. Si Remili, Hansen, Nikola et Luka Karabatic sont sous contrat jusqu’en 2022, deux membres du noyau dur de l’équipe ne seront plus là. Dans les cages, Thierry Omeyer prend sa retraite. C’est Vincent Gérard, gardien international de Montpellier qui arrivera. Autre départ important, Uwe Gensheimer, un des meilleurs ailiers gauches du monde, rentre en Allemagne après trois saisons en France. Deux arrivées ont déjà été annoncés: l’ailier gauche islandais Sigurosson et le pivot de Barcelone, Kamil Syprzak. Mais le départ le plus fracassant n’aura pas lieu en 2019 mais en 2020.

Sander Sagosen, l’un des meilleurs joueurs du monde et appelé à dominer le handball ces dix prochaines années, ne sera plus Parisien dans un an. Il s’est engagé avec le club allemand de Kiel. Cette annonce est un véritable choc. Pour la première fois, le PSG perd une star et un jeune joueur (23 ans). Les autres clubs européens sont désormais capables d’offrir des conditions financières aussi avantageuses voir meilleures. L’Allemagne revient sur le devant de la scène ; Veszprém, le club hongrois de Kentin Mahé aussi, tout comme le Barca. Ils ont refait leur retard sur le PSG. Le budget parisien cette saison a d’ailleurs baissé de 700.000 euros (17 millions d’euros contre 17,7 millions d'euros en 2017-2018).

Un tournant de l’ère QSI

Raul Gonzales et l’état-major sont donc à un tournant de l’ère QSI. Le PSG n’est plus la destination tendance et les moyens alloués au handball ont atteint un plafond de verre. Le PSG a été dominant cette saison mais pas décisif. La régularité fut là en championnat mais sur des matchs couperets le PSG a faibli. La saison prochaine, Paris devra gérer les temps de jeu des joueurs cadres dont les corps sont usés par des saisons éreintantes. Nikola Karabatic (35 ans), Luc Abalo (34 ans) ou Mikkel Hansen (31 ans), soutiennent le mouvement lancé par l’ensemble des joueurs de handball contre les calendriers surchargés.

Arnaud Valadon