RMC Sport

Ce PSG-là n’attend pas

Luc Abalo

Luc Abalo - -

Le PSG Handball a décroché le premier titre de champion de France de son histoire ce samedi en s’imposant à Cesson-Rennes (32-27), quatre journées avant la fin du championnat. Une première expéditive, un an seulement après l’arrivée des investisseurs qataris.

Ce PSG version Qatar n’aura attendu qu’un an avant de décrocher son premier titre de champion de France. Les Parisiens ont validé leur sacre en s’imposant sur le terrain de Cesson-Rennes (32-27), ce samedi, à quatre matches de la fin de la saison. Signe de leur domination totale, les Parisiens ont signé leur 21e victoire en 22 journées de D1. Des statistiques qui rendraient jaloux leurs voisins footballeurs qui devraient décrocher, eux aussi le titre en L1, mais deux ans après l’arrivée de Qatar Sports Investments dans le capital du club. Avec Philippe Gardent à la barre d’un effectif pléthorique, composé de stars internationales comme Didier Dinart, Luc Abalo, Samuel Honrubia (qui purgeait sa suspension dans l’affaire des paris suspects), Mikkel Hansen ou Marko Kopljar, ce PSG n’avait pas le temps d’attendre.

Malgré les palmarès de ses joueurs, la joie n’était pas feinte sur le terrain du Liberté de Rennes où était notamment présent Jean-Claude Blanc, directeur général du club. « Ce type de projet de monter une grosse équipe aussi vite, c’est rare dans notre sport. On a réussi à gagner le championnat et on est vraiment content, s'enthousiasme Luc Abalo. Ça a été un gros travail pour chaque joueur. Ce qui est le plus extraordinaire, c’est qu’on n’a jamais vu autant de supporters à Coubertin. On montre au public parisien ce qu’est le handball de haut-niveau. On est vraiment content de ce qu’on a fait et on aimerait que les gens continuent de nous suivre parce qu’on s’est qualifié pour la Ligue des Champions. J’espère qu’on va la gagner dès l’année prochaine pour se donner les armes nécessaires pour y parvenir. »

Sauvé à la dernière journée l'année dernière

Car après les treize titres en quinze ans de Montpellier (secoués cette saison par l’affaire des paris truqués), les Parisiens ouvrent une nouvelle page du handball français qui pourrait s’étendre dans le temps. Ils n’ont d’ailleurs attendu que la troisième journée pour opérer la passation de pouvoir avec les Héraultais en surclassant les quintuples champions en titre (38-24). Dès lors, les coéquipiers de Mikkel Hansen (auteur de 9 buts ce samedi), n’ont plus lâché la tête malgré un unique accroc à Nantes (26-24) lors de la 18e journée. Avec ce titre promis en poche, le PSG peut désormais viser un doublé puisqu’il disputera la demi-finale de la Coupe de France face à Dunkerque la semaine prochaine.

Il sera alors temps de penser à la prochaine saison avec notamment la Ligue des champions en ligne de mire. Le premier budget de L1 (9,2 millions d’euros) devrait de nouveau sortir le carnet de chèques pour rendre encore plus compétitif cet effectif cinq étoiles. Des perspectives qui contrastent singulièrement avec l’ambiance qui régnait au sein du club parisien il y a un an à quatre journées de la fin. Alors dernier du championnat, le PSG n’avait finalement assuré son maintien qu’à la dernière journée. Les temps changent… vite.

A lire aussi :

Costantini : « J'espère que le PSG Hand ne va pas s'arrêter là »

Karabatic gagne une bataille

Costantini : « Les paris ? Tout le monde est content »

Nicolas Couet