RMC Sport

Mondial de hand: la France se défait de l'Islande et se rapproche des quarts

L'équipe de France de handball, encore mise en difficulté, mais portée par son gardien Yann Genty, a tout de même su s'imposer 28-26 contre l'Islande, ce vendredi soir en phase de groupes du Mondial masculin de handball. La qualification pour les quarts de finale n'est plus très loin.

Les doutes ne sont pas levés, mais la qualification se rapproche. Non sans mal, l'équipe de France s'est imposée 28-26 contre l'Islande, ce vendredi soir pour son quatrième match du championnat du monde masculin de handball.

La préparation de ce match s'est faite dans un silence radio. Après le pauvre succès 29-26 contre l'Algérie, l'adversaire le moins dangereux du tour principal, le sélectionneur Guillaume Gille avait coupé toutes les sollicitations médiatiques pour "resserrer" le groupe. "On est en train de baisser d'intensité et de niveau au fur et à mesure", avait alerté Valentin Porte. 

Le signal d'alarme avait semblé porté ses fruits en début de rencontre. Sous l'impulsion de Dika Mem, les Français avaient fini par faire un trou de trois points. Mais à cinq minutes de la pause, à 13-10, une perte de balle a altéré la bonne dynamique. 

Merci Genty

Les Bleus ont tout de même su atteindre la mi-temps en étant en tête (16-14). Mais les Islandais sont revenus en deuxième période complètement revigorés. Au point de renverser la vapeur et de prendre l'avantage à 18-17 et même de s'offrir un écart de deux points grâce à Bjarki Már Elísson (38e). 

Il a donc fallu que les Bleus courent après le score, tout en résistant à la belle finition adverse. La jonction a pu être faite grâce à un homme: Yann Genty. Le gardien de 39 ans, entré après la pause à la place de Vincent Gérard, a été décisif avec une première première parade précieuse à la 45e minute, permettant dans la foulée à Dika Mem d'égaliser à 22-22. Il a ensuite dégoûté les attaquants islandais en multipliant les arrêts dans les dix dernières minutes, pendant que ses partenaires sécurisaient l'écart de deux points. 

"Aucun match n'est facile"

"On a gagné ce match et c'est bien le principal", a réagi Yann Genty au micro de beIN Sports. "Je suis satisfait, mais on peut toujours faire mieux", a nuancé Dika Mem. "Il faudra s'habituer, aucun match n'est facile, a souligné de son côté Luka Karabatic. On ne peut se relâcher à aucun moment. On a bataillé à chaque fois, mais on s'y attendait. On est encore en construction et il y a encore beaucoup de choses à améliorer".

Quant au sélectionneur Guillaume Gille, son discours s'est voulu positif: "La victoire a été acquise de haute lutte. C'est un peu dommage, parce qu'on donne l'impression de ne pas avoir une copie plus aboutie, alors qu'il y a beaucoup de bonnes phases dans ce match. (...) Ce sont des matchs qui font grandir. C'est important".

Le prochain match de l'équipe de France est prévu dimanche, face au Portugal. Si la Norvège s'impose vendredi soir contre l'Algérie, au moins un nul sera nécessaire pour sécuriser le passage en quarts de finale.

JA